BFMTV

Coronavirus: que peut-on attendre de l'allocution d'Emmanuel Macron prévue lundi?

Puisqu'elle intervient dans un contexte sanitaire et social extrêmement difficile, la nouvelle intervention présidentielle relève d'une importance capitale dans la direction à donner au pays.

Ce sera la quatrième fois, en l'espace d'un mois de cette crise sanitaire hors normes, qu'Emmanuel Macron s'adressera à la population française. Un temps annoncée pour ce jeudi, la nouvelle allocution présidentielle est désormais programmée à lundi prochain, au lendemain de Pâques, et devrait revêtir un caractère particulier et périlleux.

Au terme du premier mois de confinement, le chef de l'Etat aura une mission multiple, dont celle de rassurer les Français quant à l'avancée de la pandémie, mais également de tracer les grandes perspectives d'une potentielle sortie de crise tout évitant un relâchement, qui a en partie déjà été observé les jours derniers. 

  • Quelle durée pour le confinement?

Logiquement, le thème du confinement sera l'une des pierres angulaires de cette prise de parole. Alors que la quatrième semaine sera sur le point de s'achever, l'Elysée l'a désormais acté, les Français seront appelés à rester encore chez eux au-delà du 15 avril. Mercredi déjà devant le Sénat, le Premier ministre Édouard Philippe avait assuré que "le confinement (était) appelé à durer."

Mais pour combien de temps? Deux semaines supplémentaires ou un mois entier? Cette nouvelle durée devrait être annoncée ce lundi, et prise en concertation avec le Conseil scientifique, avec lequel l'exécutif travaille étroitement depuis le début de la pandémie. Ce dernier a d'ailleurs déjà établi une liste de trois critères nécessaires avant d'envisager la fin du confinement.

Emmanuel Macron devrait également souligner le caractère exemplaire et respectueux des Français, malgré les signes de relâchement observés ces derniers jours. Face à cette échéance inévitable, Emmanuel Macron devra trouver les mots pour convaincre la population de s'astreindre aux restrictions sur la durée: dans un sondage Elabe pour BFMTV publié ce mercredi, 11% des Français se sentaient incapables d'aller au delà du 15 avril. A l'inverse, ils sont toutefois 31% à déclarer se sentir capables de résister jusqu'au 30 avril et 20% jusqu'au 15 mai.

  • Quelle stratégie de sortie de crise?

À ce stade de la crise sanitaire, Emmanuel Macron aura également pour mission de dévoiler les grandes lignes de sa stratégie de déconfinement, même si celui-ci n'est pas imminent. Pour autant, le gouvernement doit faire montre d'anticipation sur ce sujet, toujours en collaboration avec le Conseil scientifique, qui préconise une sortie des Français progressive, réalisée région par région

Le chef de l'Etat pourrait par exemple expliquer aux Français si, le moment venu, le port du masque sera une obligation ou non, et si des tests sérologiques seront proposés à la population. 

Si lors de son allocution Emmanuel Macron ne devrait pas entrer dans les détails d'un potentiel traçage de la population dans les jours à venir, sujet épineux qui divise au sein même de sa majorité, il pourrait toutefois donner quelques pistes autour de ce thème. Entre autres, il devra éclaircir le point suivant concernant ce fameux tracking: son utilisation doit-elle faire l'objet d'un consensus politique, ou bien uniquement sanitaire? Où bien les deux. 

  • Quelle réponse à la crise économique?

Le volet économique devrait largement être abordé par le président de la République. Ce jeudi matin, Muriel Pénicaud, a annoncé sur BFMTV-RMC que 6,9 millions de salariés étaient à l'heure actuelle en chômage partiel.

Un nombre croissant de travailleurs, pour lesquels Emmanuel Macron devrait avoir un mot, et possiblement des mesures pour protéger les plus faibles, et des perspectives, dans cette situation maussade. "C’est important de ne laisser personne au bord du chemin", a d'ailleurs indiqué la ministre du Travail sur notre antenne.

"La question, c’était qui parlerait: Emmanuel Macron ou Edouard Philippe", avançait un proche du président à BFMTV, avant l'annonce de la programmation de l'allocution lundi. Si le discours concernait "uniquement la prolongation du confinement, ça pouvait être le Premier ministre", poursuivait cette source.

Avec Emmanuel Macron, les sujets de la relance économique, ainsi que de la solidarité européenne devraient également être abordés. Il pourra ainsi établir que la capacité de relance de l'économie française dépendra de notre capacité à s'entendre avec les autres membres de l'Union européenne. Ce mercredi au terme d'une nouvelle nuit de négociations infructueuses avec ses homologues européens, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a laissé éclater sa colère contre ces derniers.

"Alors que nous comptons des centaines et des milliers de morts, les ministres des Finances jouent sur les mots et les adjectifs. C'est une honte pour les ministres des Finances, une honte pour l’Eurogroupe et une honte pour l’Europe. Nous devons avoir une compréhension commune de la gravité de la crise et décider d'une réponse commune forte", a-t-il lâché. 

"L'Eurogroupe n'a pas été satisfaisant, c'est logique, c'était les ministres des Économies. Mais la décision autour d'un grand plan de relance européen sera politique et interviendra dans les prochaines semaines et le président de la République pourrait en parler, donner de la perspective", reprenait encore le proche du chef de l'Etat interrogé par BFMTV.

De manière plus générale, Emmanuel Macron devrait, ce lundi, évoquer la force de l'État français, que ce dernier est indispensable pour faire face à la crise. 

  • Comment gérer l'après?

Cette nouvelle allocution pourrait en appeler d'autres, à mesure que la propagation du coronavirus se poursuit en France. Pourtant, comme le révèle Le Parisien, l'exécutif réfléchirait, dès maintenant, à un grand discours de sortie de crise, censé donner une direction nouvelle au pays. 

"Il prépare en catimini un très grand discours sur le monde d'après. Un discours fondateur qui acterait la fin du confinement, marquerait le début d'une nouvelle ère et s'accompagnerait de grandes annonces, potentiellement la suppression de certaines réformes. Dans sa ligne de mire, il y a celles des retraites et de l'audiovisuel public", explique un ministre au quotidien francilien. 

Selon Le Parisien, sous réserve de la progression du Covid-19 en France, cette nouvelle allocution pourrait avoir lieu le 14 juillet prochain, date de la fête nationale.

Camille Langlade, Agathe Lambret, avec Hugo Septier