BFMTV

Quand sortir du confinement? Les 3 conditions listées par le Conseil scientifique

Le conseil scientifique recommande trois critères avant d'envisager le déconfinement.

Le conseil scientifique recommande trois critères avant d'envisager le déconfinement. - AFP

Le Conseil scientifique sur le coronavirus a établi trois critères pour envisager une sortie du confinement. Un déconfinement qu'il recommande progressif, région par région.

Le président du Conseil scientifique mis en place autour d'Emmanuel Macron a prévenu: la levée des mesures de restrictions de déplacement n'est pas pour demain. "(Le confinement) est quelque chose d'exceptionnel, mais qui va encore durer dans le temps, plusieurs semaines", indiquait ce mardi sur BFMTV Jean-François Delfraissy précisant que la situation allait durer "probablement jusqu’à début mai". 

Dans leur dernier avis, les experts du Conseil estiment que pour débuter un déconfinement - un scénario "prématuré" pour l'instant selon le Premier ministre -, il faudrait que la situation sanitaire en France réponde à trois critères.

1. La situation dans les hôpitaux jugulée

Le Conseil scientifique estime qu'une sortie du confinement ne peut être envisagée que lorsque la situation dans les hôpitaux, et notamment dans les services de réanimation qui prennent en charge les cas graves du coronavirus, soit régulée et que les établissements soient en capacité, si besoin, de prendre en charge de nouveaux malades. 

"L’objectif à court terme du confinement était de soulager les services de réanimation français, en réduisant le nombre de formes graves nécessitant un séjour en service de réanimation, rappellent les experts dans leur avis daté du 2 avril. Avant d’envisager une sortie du confinement, le gouvernement devra s’assurer que l’objectif de l’intervention est atteint."

Ce n'est pas encore le cas: même si les nouvelles admissions sont moins nombreuses ces derniers jours, plus de 7000 malades étaient encore ce lundi en réanimation ou en soins intensifs, selon le dernier bilan de Santé publique France. Après des semaines de mobilisation du personnel soignant dans les hôpitaux, le Conseil scientifique appelle à leur laisser du temps pour récupérer, tout comme pour remplir les stocks de matériel.

2. Le nombre de malades réduit

A cette situation jugulée dans les hôpitaux, le conseil scientifique ajoute qu'avant d'évoquer une sortie du confinement, il faudra que le nombre de cas de Covid-19 recensé en France diminue. "Idéalement, cette réduction devra être suffisamment importante pour que la détection des nouveaux cas de façon systématique redevienne possible", écrivent les scientifiques. Et éviter ainsi une reprise de l'épidémie après la levée des restrictions de déplacement.

Or, pour l'heure, l'épidémie "continue sa progression", a indiqué le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, avec plus de 78.000 cas confirmés depuis le début de la pandémie. La France compte désormais plus de 10.000 morts, avec 607 décès de plus en 24 heures. "Le pic épidémique n'a pas encore été atteint", a insisté ce mardi le ministre de la Santé Olivier Véran sur BFMTV-RMC.

3. Une stratégie post-confinement "opérationnelle"

Le Conseil scientifique conseille au gouvernement, avant d'envisager la fin des mesures restrictives de déplacement, de préparer une stratégie post-confinement "opérationnelle". Les experts établissement une liste de mesures et de précautions pour cette période de déconfinement, parmi lesquelles:

• le maintien des mesures de distanciation sociale

• l'assurance que les capacités hospitalières et médicales, principalement dans les régions les plus touchées soient suffisantes

• la mise en place de modalités d'isolement des malades et de leurs proches

• des mesures de protection pour les personnes vulnérables mais aussi pour les populations les plus à risque du fait de leur situation, comme les prisonniers ou les migrants et d'une politique de contrôle aux frontières

Par ailleurs, et c'est tout le débat qui est actuellement en cours, le conseil scientifique recommande la mise en place "de nouveaux outils numériques permettant de renforcer l’efficacité du contrôle sanitaire de l’épidémie", sans préciser en quoi doivent consister ces outils. Le gouvernement a annoncé ce mercredi travailler sur une application "StopCovid", destinée à alerter les personnes qui auront été en contact avec des malades.

A cette recommandation s'ajoute celle du port généralisé du masque, en s'assurant de la disponibilité des gels hydroalcooliques et des masques "à l’usage des personnels soignants, des personnes en situation d’exposition au virus en priorité, puis à l’ensemble de la population, comme en Asie".

Enfin, le déconfinement devrait être soumis à la mise en place d'"un système de surveillance épidémiologique opérationnel pour les indicateurs les plus sensibles comme le nombre de nouveaux cas" mais aussi à la mise en place "de diagnostic rapide d’infection aiguë".

Justine Chevalier