BFMTV

Affaire Fillon: Marc Joulaud candidat aux municipales en dépit du calendrier judiciaire

BFMTV
L'ex-suppléant de François Fillon, poursuivi pour "détournement de fonds publics", comparaît à partir de ce lundi aux côtés du couple Fillon. Sans renoncer à sa candidature aux municipales.

Maire sortant de Sablé-sur-Sarthe (Sarthe), Marc Joulaud brigue un troisième mandat. À cela près que, comparé à 2008 et 2014, l'élection 2020 se présente sous des auspices pour le moins différents. L'ancien suppléant de François Fillon à l'Assemblée nationale comparaît à Paris pour "détournement de fonds publics" à compter de ce lundi.

Il lui est reproché d'avoir salarié, en tant que collaboratrice parlementaire, Penelope Fillon entre 2002 et 2007, lorsque François Fillon est devenu ministre. Un emploi, comme ceux qu'elle a occupés auprès de son époux, soupçonné d'être fictif. Pour les magistrats, relève l'Agence France Presse (AFP), ce travail n'aurait été qu'une "contrepartie" et un moyen pour le couple "d'augmenter leurs revenus". L'enquête a mis au jours que Penelope Fillon était d'ailleurs mieux payée que Marc Joulaud.

Calendrier électoral et judiciaire

Le maire Les Républicains "assume de faire campagne pendant le procès", confie une journaliste locale au Monde. "Ça ne le gêne pas, il a même accepté un débat avec ses adversaires", ajoute-t-elle. Adversaires pour le moins bienveillants puisque l'un d'eux confie au quotidien du soir qu'il "n'ira pas sur le terrain des affaires".

Toutefois, comme le notent Le Monde et franceinfo, Marc Joulaud semblerait moins serein cette année que lors des précédentes élections. Pour preuve: l'édile sortant fait campagne. En 2008 et 2014, il a été élu au premier tour.

"Contrairement aux deux précédents scrutins, le dauphin de François Fillon a prévu six réunions publiques avant le premier tour", note france info.

Un appel voire un pourvoi en cassation pas exclus

Le procès de Marc Joulaud et de François et Penelope Fillon doit durer jusqu'au 11 mars. Soit quatre jours avant le premier tour des municipales. 

"Le jugement sera mis en délibéré. Il ne sera vraisemblablement pas rendu avant juin ou peut-être septembre. Ce qui est important pour moi, c'est qu'il n'y ait pas d'inéligibilité. Si le jugement ne me convient pas, je ferai appel. La procédure repartira pour un ou deux ans. Il pourra ensuite y avoir cassation", a indiqué l'homme politique au site Actu.
Clarisse Martin