BFMTV

2017: Macron annoncera sa candidature demain matin

Emmanuel Macron accélère. L'ancien protégé de François Hollande va annoncer mercredi matin dans un centre d'apprentissage de Bobigny sa candidature à la présidentielle de 2017, selon les informations de BFMTV.

Cette fois, il se lance officiellement. Sans passer par la case des primaires à gauche. Après plusieurs mois de faux suspense, l'ancien ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui a quitté le gouvernement fin août, déclarera sa candidature à la présidentielle de 2017 mercredi à 10h30 dans un centre d’apprentissage de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, a appris BFMTV ce mardi auprès de son entourage.

Le fondateur d'En Marche! - un mouvement politique qu'il veut transpartisan, le définissant comme "ni de droite, ni de gauche" même si lui se décrit comme étant "de la gauche du réel" - s'était déjà rendu dans ce centre d'apprentissage juste après avoir claqué la porte de Bercy. Il connaît d'ailleurs très bien le directeur de cet établissement scolaire, Patrick Toulmet, qui est l'un des huit délégués de son mouvement.

Le lieu sélectionné est aussi un marqueur fort: avec la Seine-Saint-Denis, c'est la banlieue mise qui sera mise en avant. Un type de territoire où la gauche a beaucoup déçu et où Emmanuel Macron compte bien peser. 

Peser sur le 1er tour de la primaire à droite?

Pourquoi maintenant? Alors que le Premier ministre Manuel Valls apparaît de plus en plus placer ses pions en vue d'une éventuelle candidature, l'ancien protégé de François Hollande a-t-il voulu également voulu griller la politesse au président de la République, qui s'est donné jusqu'à décembre pour dire s'il sera candidat à sa réélection?

L'annonce d'Emmanuel Macron interviendra surtout quatre jours avant la primaire de la droite et le timing pourrait bien avoir été choisi pour tenter d'éclipser jeudi le dernier débat d'avant premier tour. Car Emmanuel Macron va occuper le terrain médiatique, avec aussi une réunion publique prévue jeudi soir à Marseille. Ce pourrait aussi être une manière, en modifiant l'offre politique pour 2017, de tenter d'influencer certains électeurs avant le scrutin de dimanche.

Mesures choc

Après plusieurs semaines consacrées au "diagnostic" de l'état de la France, l'ancien banquier, âgé de 38 ans, a avancé dans une interview fleuve à L'Obs publiée mercredi un certain nombre de propositions concrètes, notamment des mesures choc sur les 35 heures. Et a détaillé sa vision en matière sociale et sur l'éducation.

Populaire dans les enquêtes d'opinion, Emmanuel Macron, qui n'a jamais assuré de fonction élective, est apparu dans plusieurs sondages comme un candidat "attrape-tout", qui prendrait des voix à gauche comme à droite au premier tour de la présidentielle. Sans toutefois parvenir à se qualifier pour le second tour.

Les critiques n'ont pas tardé à arriver, sitôt l'annonce de sa candidature a-t-elle filtré. La présidente du Front national Marine Le Pen a dit attendre "de voir s'il y a un contenu" et a estimé qu'Emmanuel Macron arrivait "sur une niche ultralibérale, elle est déjà très bien représentée". 

V.R. avec Jérémy Trottin