BFMTV

DSK était-il le "roi de la fête" ou un homme "bien naïf"?

"DSK" est entendu à partir de ce mardi, et pour trois jours, dans le cadre du procès du Carlton de Lille. (Photo d'illustration, datant de 2011)

"DSK" est entendu à partir de ce mardi, et pour trois jours, dans le cadre du procès du Carlton de Lille. (Photo d'illustration, datant de 2011) - Miguel Medina - AFP

Dominique Strauss-Kahn est attendu mardi au tribunal de Lille pour une audition qui devrait durer trois jours, dans le cadre du procès hors norme du Carlton de Lille. Il est soupçonné de proxénétisme aggravé. Déjà une question centrale se pose sur le rôle que l'ancien directeur du FMI a pu jouer: DSK était-il au courant qu'il avait affaire à des prostituées?

Le spectacle judiciaire de l'année? Dominique Strauss-Kahn, que l'on a très brièvement aperçu lors de l'ouverture du procès du Carlton de Lille, la semaine dernière, va, à partir de mardi et pendant trois jours, avoir l'occasion de se défendre de vive voix dans une nouveau scandale sexuel, quasiment quatre ans après l'affaire du Sofitel de New York.

Objectif? Faire écarter l'accusation de proxénétisme aggravé qui pèse sur lui, et convaincre les juges qu'il ne savait pas que ses partenaires sexuelles de rencontre étaient des "pros", rétribuées par ses amis. Dans le cas contraire, celui qui fut l'une des personnalités les plus puissantes de la planète risque jusqu'à 10 ans de prison et 1,5 million d'euros d'amende.

Quelques questions préliminaires

Il est venu lundi, à l'ouverture du procès, celui que toute la presse attend parce qu'il est la célébrité qui rend l'affaire hors norme. Mais l'homme politique déchu n'avait répondu alors qu'à quelques questions en préambule du président du tribunal correctionnel, Bernard Lemaire. Est-il déjà allé à l'hôtel Carlton? A-t-il rencontré deux des principaux co-prévenus, René Kojfer, le chargé de relations publiques de l'hôtel, cheville ouvrière supposée du réseau, et Dominique Alderweireld, alias Dodo la saumure, accusé d'en être le pourvoyeur? "Jamais". Pour le reste, déclare le juge, "on en reparlera la semaine prochaine". "Bien sûr", lui dit Dominique Strauss-Kahn, visage fermé mais affable.

Un "roi de la fête" ou un homme "bien naïf"?

Au cours de son audition, l'ancien directeur du Fonds monétaire international (FMI), longtemps candidat favori pour la primaire socialiste en vue de l'élection présidentielle de 2012, va devoir effectivement "reparler", au fond et dans le détail, du principal soupçon qui le vise: celui d'avoir été le "Roi de la fête", de ces parties fines pour lesquelles ses amis amenaient des prostituées. 

Simple libertinage, vie privée, s'est toujours défendu DSK, plaidant l'ignorance, mais qui encourt 10 ans de prison et 1,5 million d'euros d'amende si les juges ne concluent pas à la relaxe, et ne suivent pas le parquet, qui avait requis le non-lieu durant l'instruction.

L'épreuve à venir pour Strauss-Kahn, qui constituera le clou de cette deuxième semaine du procès, c'est sa confrontation avec les témoignages d'anciennes prostituées. Elles le trouvent, sarcastiquement, au mieux "bien naïf", pour un homme qui a exercé de si hautes responsabilités, de n'avoir jamais deviné leur qualité de dame galante lors d'ébats sexuels qu'elles ont pu qualifier de "carnage", loin d'une aimable orgie de style Régence.

Le président Lemaire a toutefois prévenu lundi: "Le tribunal n'est pas le gardien de l'ordre moral mais celui du droit et de sa bonne application". Un rappel utile pour les deux camps en présence mais aussi une boussole pour une opinion publique à laquelle les détails forcément croustillants de ces témoignages pourraient faire perdre le nord.

"Filles", maîtresses" ou "prostituées"?

Derrière le proxénétisme aggravé qui le motive, ce procès ne devrait donc pas tourner à la dénonciation de la prostitution que souhaitent les associations qui se sont portées partie civile. Ce que l'on peut retenir de la première semaine, plus que ceux de huit des 14 prévenus qui ont comparu, c'est pourtant bien le témoignage digne de plusieurs de ces femmes, également parties civiles. Malgré la difficulté d'évoquer un passé qu'elles avaient mis tant d'énergie à dissimuler à leurs proches et qui vient soudainement resurgir.

"Filles", parfois "maîtresses", l'euphémisme est souvent de mise au procès du Carlton. Il faut parfois "parler clair" et appeler ces dames des prostituées. "On a du mal à poser les mots", a fait remarquer à plusieurs reprises la substitut du procureur, Aline Clérot. Alors face aux bonnes réparties, au cynisme de prévenus qui en ont vu d'autres, aux truculences de Dodo qui prétend "faire de l'Audiard", le témoignage parfois glaçant des anciennes prostituées est venu rappeler que ce monde est loin d'être festif et tout rose.

Un "marché" de prostituées, et la théorie du complot

"On était à 12 ou 15 dans une cuisine de 3 mètres sur 5 (...) On se préparait et on était présentées comme de la viande sur des esses. Il fallait une certaine variété pour que le client puisse faire son marché", raconte "Jade", de son expérience dans une maison de Dodo la Saumure, en Belgique.

Jade, qui tient tête aux prévenus, que l'on retrouvera dans le volet où apparaît Dominique Strauss-Kahn. Enfin, la première semaine aura été marquée par les va et vient de la théorie du complot. Du "Tout est orchestré, tout est organisé!", d'un des prévenus, avocat de son métier, qui invoque un "cabinet noir" visant DSK, à cette affirmation d'un témoin, commissaire de police à la retraite ayant participé à des écoutes administratives avant même le début de l'enquête: "J'ai lu plusieurs articles où l'on reprenait cette thèse du complot, ou d'instrumentalisation de la police pour faire tomber M. Strauss-Kahn, mais je n'ai jamais entendu parler de Strauss-Kahn" (lors des écoutes ndlr), a-t-il redit à la barre.

Jé. M. avec AFP