BFMTV

D'Obama à Dodo la Saumure: DSK, un homme aux mille visages

GRAND ANGLE - Le procès du Carlton de Lille va entrer dans le vif du sujet, mardi, avec l'audition de Dominique Strauss-Kahn. Durant trois jours, c'est la face obscure de l'une des anciennes personnalités les plus puissantes du monde qui va être mise en lumière. Portrait.

Combien de visages pour un seul homme, et combien d'univers? La face la plus obscure de Dominique Strauss-Kahn va se retrouver en pleine lumière à partir de mardi, alors que celui qui fut longtemps le favori pour la primaire PS en vue de l'élection présidentielle de 2012 est appelé à comparaître devant le juge pendant trois jours dans le cadre du procès hors norme du Carlton de Lille.

Enseignant, économiste, ministre, directeur général du Fonds monétaire international, conférencier, avocat, banquier d'affaires...DSK est un touche à tout doué, un brin dilettante, aimant l'argent, ce qui lui a valu quelques revers, et un homme capable de rebondir alors qu'il est au fond du trou. Mais son plus grand adversaire, c'est lui-même, son goût extrême pour les femmes, son besoin de séduire, qui le conduira à sa perte.

Obama à midi, Dodo la Saumure à minuit

"Fondamentalement, il a deux visages", estime le psychanalyste Gérard Miller sur BFMTV. "Il y a le visage qu'il a devant Barack Obama, devant les grands de ce monde, et il y a le visage qu'il a devant Dodo la Saumure." "Son problème, c'est qu'il veut être à midi devant Barack Obama, et à minuit avec Dodo la Saumure. C'est un peu beaucoup, déjà, deux visages", poursuit encore l'expert, auteur du documentaire Dsk, l'homme qui voulait tout.

Piégé par ses propres contradictions?

Ses premiers démêlés liés à son comportement avec les femmes datent de fin 2008, quand une ancienne membre du FMI hongroise, Piroska Nagy, affirme qu'il l'a poursuivie de ses assiduités. Des écarts qui ne passent pas aux Etats-Unis. DSK présente publiquement ses excuses à son épouse et au personnel de l'institution pour avoir fait "une erreur de jugement" en ayant eu cette liaison, et s'en sort.

Mais il ne s'arrête pas là. Dès 2010, l'appétit de DSK pour le libertinage apparaît désormais comme un secret de Polichinelle au sein même de la sphère politique. Député de la 4e circonscription de Paris, Bernard Debré s'est remémoré pour BFMTV d'une discussion qu'il aurait eu avec un directeur d'hôtel de Bruxelles. "'Quand on reçoit Monsieur Strauss-Kahn, c'est absolument épouvantable, il reçoit des prostituées, et d'autres gens'", lui aurait-on confié. Des "habitudes dérangeantes" selon l'élu UMP, qui "au vu et au su de tout le monde", seraient même "gênantes" pour les autres.

De drôles d'hésitations en vue de 2012

Un compte à rebours est alors lancé. Mais personne ne le sait. En 2011, les plus hautes fonctions de l’Etat français semblent attendre Dominique Strauss-Kahn: il est favori des sondages pour la présidentielle de 2012, et ses proches font le forcing pour qu'il brigue l'Elysée. Mais l’homme hésite. 

A l'époque, "il invite des tas de rédactions, de Marianne, du Nouvel Obs, etc, et il dit 'je me tâte', il y a la crise grecque, vous savez..." s'est rappelée la journaliste du Monde Ariane Chemin, auteur de Les Strauss-Kahn avec Raphaëlle Bacqué (éditions Albin Michel). "Mais ce qu'il se passe, c'est qu'il sait déjà qu'il y a une affaire du le Carlton de Lille, il le sait déjà", a-t-elle affirmé. Même à ses plus proches au Parti socialiste, comme Jean-François Cambadélis, l'homme se montre incertain pour 2012. "C'est l'homme qui ne voulait rien sacrifier. Il voulait être président, mais il voulait aussi beaucoup beaucoup d'autres choses", a argumenté de son côté Gérard Miller. "Or, pour être président de la République, il faut savoir sacrifier."

C'était avant le grand rebondissement.

Le Sofitel de New York: le coup de tonnerre

En mai 2011, le coup de tonnerre. Une femme de chambre du Sofitel de New York, Nafissatou Diallo, l'accuse de viol. Dès lors, l'ambition politique du patron du FMI est anéantie à tout jamais. Elle fait place à une arrestation, des menottes, et la prison... L'affaire s'achève par un accord financier confidentiel avec son accusatrice.

Au même moment, en France, une jeune journaliste, Tristane Banon, l'accuse d'une tentative de viol qui serait intervenue en 2003, mais ne dépose pas plainte. Elle le fera l'été 2011. La plainte est classée sans suite quelques mois plus tard.

Mis en examen dans plusieurs affaires, DSK n'a jamais été condamné. Il a toujours su rebondir. Dans l'affaire du Carlton, où un non-lieu a été requis contre Dominique Strauss-Kahn, ses avocats espèrent encore obtenir une relaxe.

Jé. M., Pauline Revenaz, Régis Desconclois et Sophie Herbé