BFMTV

Trump a accepté l'invitation de Macron d'assister au défilé du 14 juillet

Donald Trump et Emmanuel Macron lors de leur rencontre en marge du sommet de l'OTAN, à Bruxelles, le 25 mai.

Donald Trump et Emmanuel Macron lors de leur rencontre en marge du sommet de l'OTAN, à Bruxelles, le 25 mai. - AFP

Le président américain sera présent aux côtés d'Emmanuel Macron sur les Champs-Elysées, pour assister au défilé militaire.

Il sera sur les Champs-Elysées dans une quinzaine de jours. Le président américain Donald Trump a répondu positivement ce mercredi à l'invitation de son homologue français Emmanuel Macron, et assistera au traditionnel défilé militaire du 14-Juillet, à Paris, a annoncé l'Elysée. 

Des soldats américains défileront

"A cette occasion, des soldats américains participeront à ce défilé aux côtés de leurs camarades français", a précisé la présidence française, rappelant que le défilé commémorerait cette année "le centenaire de l'entrée des États-Unis dans la Première guerre mondiale".

Le président français avait renouvelé mardi lors d'un entretien téléphonique avec son homologue américain une invitation lancée lors de leur rencontre en marge d'un sommet de l'Otan, fin mai à Bruxelles.

A l'occasion de leur rencontre à Paris, "les deux dirigeants accentueront le solide partenariat économique et en matière de lutte antiterroriste qui unit leurs deux pays et discuteront de nombreuses autres questions d'intérêt commun", a de son côté déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

Pas de déplacement à Nice

Le programme précis de cette première visite du président Trump en France n'est toutefois pas encore arrêté, a précisé l'Elysée, spécifiant simplement que Donald Trump n'accompagnerait pas son homologue français dans l'après-midi à Nice. Emmanuel Macron doit y rendre hommage aux victimes de l'attentat jihadiste, qui avait fait un an plus tôt 86 morts et 434 blessés.

Les relations entre les dirigeants français et américain ont été jusqu'à présent rugueuses, Emmanuel Macron défiant son homologue américain qui a décidé de sortir de l'Accord de Paris sur le climat en parodiant son slogan de campagne par cet appel: "Make our planet great again" (en français "Rendez sa grandeur à notre planète").

Le président français avait aussi fait couler beaucoup d'encre en résistant à la poignée de main virile de Donald Trump lors d'une rencontre en marge d'un sommet de l'Otan, le 25 mai, à Bruxelles.

A.S. avec AFP