BFMTV

Mariage homo: nouvelle journée de manifestation des opposants

La "Manif pour tous" du 24 mars dernier.

La "Manif pour tous" du 24 mars dernier. - -

Les opposants au mariage homosexuel descendront à nouveau dans la rue, ce dimanche, pour faire entendre leur contestation. Les quatre défilés prévus seront placés sous haute surveillance policière, les autorités craignant des débordements.

Un ultime défilé? Les opposants au mariage homosexuel descendent à nouveau dans la rue ce dimanche, à Paris, pour une manifestation placée sous haute surveillance. Les autorités redoutent en effet des débordements d'éléments extrémistes.

La loi est promulguée depuis huit jours mais les détracteurs de cette "loi Taubira" n'ont pas renoncé à une ultime démonstration de force, dans un climat particulièrement tendu.

4.500 policiers mobilisés

La préfecture de police, très critiquée après les violences qui ont gâché le 13 mai la fête du PSG, va mobiliser 4.500 policiers et gendarmes pour encadrer les quatre cortèges prévus dans la capitale -trois organisés par le collectif "la Manif pour tous" et un par l'institut Civitas, proche des catholiques intégristes.

Avec trains et cars venus de province, la Manif pour tous table sur une participation semblable à celle de sa manifestation du 24 mars, lorsqu'elle avait mis "plus d'un million de personnes dans la rue".

La police s'attend à environ 200.000 manifestants et chiffre à quelques centaines les "ultras" qui pourraient vouloir en découdre.

Radicalisation

Depuis plusieurs jours, la figure de proue de la contestation elle-même, Frigide Barjot, visiblement dépassée par sa droite, s'est déclarée menacée et privée de liberté de parole, au point, a-t-elle répété samedi, de renoncer à défiler ce dimanche.

Les opposants les plus radicaux sont désormais regroupés sous l'appellation "Printemps français", nébuleuse que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a menacé de dissoudre en raison de ses excès et de sa "phraséologie factieuse".

"Monsieur Valls ne nous fera pas taire, les menaces ne nous font pas peur!", lançait vendredi soir Béatrice Bourges, porte-parole de ce Printemps français qui prône des actions coup de poing plus musclées que les opérations "bisounours" de Frigide Barjot.

PS et UMP s'écharpent

La tension est encore montée d'un cran samedi, le gouvernement et l'UMP s'accusant mutuellement d'attiser les tensions.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a reproché aux responsables du principal parti d'opposition de "prendre une lourde responsabilité" en appelant à manifester, "provoquant la crispation et la radicalisation".

Le président de l'UMP est de ceux qui prendront part à la manifestation pour témoigner de leur opposition à la loi sur le mariage homo et "plus globalement à la politique familiale du gouvernement". Le Front national de son côté n'a donné aucune consigne mais aura aussi une délégation dans la manifestation, en présence notamment de la députée Marion Maréchal-Le Pen.

Valls déconseille aux familles d'amener leurs enfants

Manuel Valls, répétant lui aussi son "inquiétude" face aux risques de débordements, a carrément "déconseillé" samedi "aux familles avec des enfants de se rendre à la manifestation".

Le président de l'UMP a appelé en retour Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls à "reprendre leurs esprits", déplorant ces "tentatives inacceptables de pression et d'intimidation".

Les trois cortèges de la Manif pour tous doivent converger vers l'esplanade des Invalides, où leur dispersion est prévue en fin d'après-midi. Mais les "Veilleurs", qui prônent une "résistance pacifique", ont d'ores et déjà appelé à prolonger la soirée sur place. C'est d'ailleurs souvent après la fin officielle des manifestations que des débordements ont eu lieu, à plusieurs reprises, depuis le début de la contestation.


A LIRE AUSSI: >> Mariage homo: qui sera à la manifestation?

>> Manif pour tous: 4.500 policiers mobilisés dimanche

>> Manif pour tous: comment éviter les débordements?

>> Pour 72% des Français, les manifestations anti-mariage homo doivent cesser

A.S. avec AFP