BFMTV

Déconfinement: ce qui change ce lundi

Entre joie et appréhension, la France entame ce lundi son déconfinement progressif. Port du masque dans les transports, sorties sans attestation, réouverture de certaines écoles, des commerces, reprise plus intense des transports... A quoi faut-il s'attendre ce lundi?

A partir de ce lundi 11 mai à minuit, les Français s'engagent dans la première phase d'un déconfinement progressif qui va s'étaler jusqu'au 2 juin prochain. Certains vont reprendre le chemin du travail, d'autres retrouveront les bancs de l'école après deux mois d'un confinement inédit et restrictif qui a permis une nette décrue de l'épidémie de coronavirus.

"A partir du 11, une nouvelle étape va commencer", avait souligné mardi Emmanuel Macron après deux mois de mesures restrictives.

Port du masque dans les transports en commun sous peine d'amende, sorties autorisées sans attestation, réouverture de certaines écoles, des commerces, reprise plus intense des transports... Bien que l'étau se desserre, le gouvernement maintient ou instaure un panel de nombreuses obligations. Car la prudence reste de mise afin de ne pas relancer la courbe des décès de l'épidémie, au plus bas depuis début avril

  • Possibilité de se déplacer dans un rayon de 100km

A partir de ce lundi, la liberté de circulation sur le territoire s'assouplit. Sans attestation dérogatoire, vous pouvez désormais vous rendre à 100 kilomètres autour de chez vous, ou à l'intérieur de votre département. Au-delà, une nouvelle attestation justifiant d'un "motif professionnel ou familial impérieux" est nécessaire. Christophe Castaner a précisé qu'il s'agit d'une distance à vol d'oiseau, plutôt que par la route.

Les rassemblements sont cependant limités à 10 personnes maximum, et le port du masque dans l'espace public, s'il n'est pas obligatoire, est désormais vivement recommandé par les autorités sanitaires. Il est donc à nouveau possible de pratiquer un sport individuel à n'importe quelle heure de la journée, sans aucune autorisation. Mais toujours en respectant les gestes barrières. 

  • Les transports en commun très encadrés

Port du masque obligatoire 

Dès lundi, le masque devient le sésame obligatoire dans les transports publics. L'Etat va d'ailleurs mettre à partir de lundi "10 millions de masques à disposition des opérateurs de transport pour qu'ils les distribuent à leurs usagers", dont 4,4 millions pour la région Ile-de-France, selon le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

En Île-de-France, une attestation employeur aux heures de pointe

Pour se déplacer dans les transports en commun d'Île-de-France à partir de ce lundi, une attestation de l'employeur sera requise pour circuler aux heures de pointe (de 06h30 à 09h30 et de 16 heures à 19 heures). Voici deux modèles d'attestations que vous pourrez présenter.

Pour ce lundi 11 mai, les autorités ont fait savoir que les contrôles auraient une visée pédagogique. Il devrait donc y avoir un tolérance pour le premier jour, mais des sanctions pourraient tomber dès mardi, à hauteur d'une contravention de 135 euros.

Trafic RATP renforcé en Île-de-France

La fréquence des bus, métros, tramways et RER sera revue à la hausse dès le premier jour du déconfinement. Toutes les gares RER seront ouvertes tout comme les stations de métro en correspondance avec les grandes gares parisiennes (Gare du Nord, Gare de l'Est, Gare de Lyon, Montparnasse, Saint-Lazare) et les grands pôles de transport (Châtelet-Les Halles), a annoncé la RATP. Une soixantaine de stations du métro parisien sur 302 resteront cependant fermées.

  • Reprise du trafic SNCF et masques en gare

Le déconfinement a commencé dès vendredi à la SNCF pour les trains grandes lignes, avec un redémarrage du service à 20%. Là aussi, le port du masque est obligatoire dans les gares dès ce lundi, et la SNCF recommande à chaque voyageur d'avoir son propre flacon de gel hydro-alcoolique dans la poche. "Il se peut qu'il y ait des contrôles dans les gares" par la police et par les agents de sûreté SNCF, a indiqué Marlène Dolveck, directrice générale de SNCF Gares et connexions.

"On ne pourra plus jouer au piano en gare, en revanche on va favoriser la réouverture" des 1.500 commerces situés dans les gares, a expliqué samedi lors d'une conférence de presse.

L'accès à certaines gares comme les grandes gares parisiennes pourra être filtré par les forces de l'ordre, pour éviter que trop de monde ne s'y presse.

  • Réouverture des écoles en ordre dispersé 

C'est une rentrée au compte-goutte et en ordre dispersé qui va avoir lieu ce lundi dans les crèches et les écoles maternelles et primaires françaises, puisque celle-ci va s'amorcer sur la base du volontariat pour les familles.

Dès lundi, des écoles rouvriront donc pour les enseignants. Les enfants, dont les parents ont fait le choix de les faire retourner à l'école, pourront être accueillis dès le mardi 12 mai, mais dans la limite de 10 maximum. "Le 11, dans la plupart des écoles, ce sera une journée de pré-rentrée, pour s'organiser entre soi", a précisé le président de la République. Mais, pour des raisons médicales ou privées, un certain nombre d'enseignants devraient aussi continuer de faire la classe "à distance".

"Près de 86%" des 50.500 écoles de France vont ouvrir à partir de lundi", a fait savoir le ministre de l'Education ce dimanche. Elles accueilleront "plus de 1,5 million d'enfants", sur un total de 6,7 millions d'écoliers en maternelle et élémentaire.

Sur la base du volontariat, les collèges rouvriront eux à partir du 18 mai dans les départements classés verts, et les élèves comme le personnel encadrant devront porter des masques, contrairement aux élèves de maternelle et primaire. 

  • Les commerces désormais ouverts

Les commerces dits "non-essentiels" vont également pouvoir rouvrir à partir de lundi 11 mai. Vêtements, livres, produits de beauté, fleuristes, salons de coiffure... toutes les boutiques non alimentaires vont pouvoir lever le rideau, à la condition de faire respecter les mesures de distanciation sociale entre employés et avec les clients. 

Les centres commerciaux de plus de 40.000 mètres carrés pourront eux-aussi rouvrir, sauf en Ile-de-France, où Olivier Véran a demandé aux entreprises "de recourir au maximum au télétravail" et aux habitants de limiter leurs déplacements au strict nécessaire. Les cafés, bars, restaurants et centres commerciaux resteront cependant fermés. 

  • Réouverture des petits musées et bibliothèques

Si les grands établissements vont devoir attendre le mois de juin voire cet été, les petits musées vont de nouveau pouvoir accueillir des visiteurs ce lundi. Lors de la présentation de son plan de déconfinement, Christophe Castaner avait en effet vaguement annoncé que les "petits musées" seront autorisés à rouvrir, notamment ceux qui "n'entraînent pas d'importants déplacements". 

Les médiathèques et bibliothèques devraient pouvoir rouvrir leurs portes dès c lundi, "parce qu'ils peuvent fonctionner plus facilement en respectant les règles sanitaires" comme l'avait expliqué le Premier ministre lors de la présentation de son plan de déconfinement. Mais nombre d'entre elles, ne pouvant pas s'adapter aux mesures sanitaires strictes, pourraient ne pas rouvrir tout de suite. Quant aux cinémas, salles de concert et autres théâtres, ils ne rouvriront pas ce mois-ci.

  • Quid des parcs, jardins et plages?

Dans les départements les moins touchées par l'épidémie (ceux classés en vert par les autorités sanitaires), les parcs, jardins et autres plages peuvent désormais rouvrir. La règle est cependant plus stricte dans les départements rouges, où des demandes au cas par cas vont être étudiées par les préfectures.

L'Ile-de-France se trouvant en zone épidémiologique rouge, les parcs et jardins ne devraient pas pouvoir rouvrir au public. La maire de Paris milite néanmoins pour leur réouverture afin d'éviter "des attroupements dans les rues ou sur les trottoirs". A Lille, ville située en zone rouge, le parc de la Citadelle rouvre également ce lundi, la mairie ayant obtenu une dérogation préfectorale,

Si la règle va rester celle de la fermeture jusqu'au 1er juin pour les plages françaises, certaines pourraient donc rouvrir progressivement avec l'accord des préfets et des élus locaux, sous certains conditions.

  • Les visites en Ehpad toujours réduites au minimum

Aucun "assouplissement supplémentaire" n'est cependant prévu dans les Ehpad. Le gouvernement demande aux "personnes âgées et vulnérables de limiter au strict minimum leurs sorties et leurs contacts", a insisté Olivier Véran qui en appelle à "l'esprit de responsabilité de chacun pour le bien de tous".

Pour éviter une nouvelle flambée de l'épidémie, "il faut absolument" que les gens continuent d'appliquer les gestes barrière, c'est-à-dire qu'ils passent d'un confinement chez soi à un confinement sur soi, penser que soi-même on doit se protéger, on doit protéger les autres", a mis en garde la virologue Marie-Paule Kieny, membre du Comité analyse recherche et expertise (Care), ancienne sous-directrice générale de l'OMS.

Jeanne Bulant