BFMTV

Les pistes pour rouvrir progressivement les plages en France

La plage de Saint-Malo, fermée au public, le 4 mai 2020.

La plage de Saint-Malo, fermée au public, le 4 mai 2020. - DAMIEN MEYER / AFP

La règle générale reste la fermeture, mais les plages pourront rouvrir en France, à certaines conditions.

Daniel Fasquelle se réjouit de la réouverture possible des plages, sous certaines conditions. Invité de BFM Grand Lille, l'élu du Pas-de-Calais, "remercie le Premier ministre de nous avoir entendu et écouté", dit-il alors qu'il défendait cette option depuis plusieurs jours. "Ce qu’il propose est exactement ce que nous proposions, c’est-à-dire que les préfets, en accord avec les maires, permettent une ouverture raisonnée et raisonnable de nos plages". 

De fait, à partir de lundi, la règle restera celle de la fermeture. Mais avec l'accord des préfets et des élus locaux, les plages pourront rouvrir avec certains conditions. 

Député du Pas-de-Calais, Daniel Fasquelle déplore cependant une situation où les plages ne pourraient rouvrir alors que ça serait le cas de certaines zones commerciales. "On va pouvoir demain circuler en vélo, en moto, en voiture partout, aller faire ses courses dans les supermarchés qui sont parfois bondés et on ne pourrait pas se promener sur nos plages qui sont immenses, ça n’aurait absolument aucun sens", assure l'élu Les Républicains. 

"La règle générale reste la fermeture"

Pour le parlementaire, garantir la distanciation physique ne sera pas un problème. Il donne même ses pistes pour la réouverture: "On peut imaginer d’ouvrir ces plages à marée basse quand elles sont largement découvertes, de les ouvrir à minima à la promenade sans forcément qu’on puisse stationner sur la plage ou se regrouper", explique-t-il sur BFM Grand Lille, ajoutant: "Il faut respecter les gestes barrières sur la plage comme partout ailleurs. Mais il y a certaines activités qui doivent pouvoir réouvrir, je pense aux chars à voile ou au kitesurf."

Mais en réalité, les plages ne vont pas accueillir du public dès le 11 mai. "Lundi matin les plages resteront fermées", a expliqué Michèle Kirry, préfète de la région Bretagne, en visioconférence ce vendredi. Les demandes d'ouverture seront ensuite étudiées au cas par cas, les maires devront répondre d'un cahier des charges très strict. "Est-ce que vous pouvez prévoir un sens pour les entrées et les sorties pour que les gens ne se croisent pas? Est-ce que la police municipale vérifie que les gens ne sont pas agglutinés?", demandera par exemple la préfète. 

Après l'annonce du ministre de l'Intérieur, le maire LR de Toulon, impatient de rouvrir les plages de sa ville, a "immédiatement saisi le préfet du Var". "C’est très important dans un département comme le notre", explique Hubert Falco à Var Matin. 

La satisfaction est aussi partagée du côté de l'association nationale des élus du littoral. “Les élus du littoral ont été entendus! Après la mobilisation de nombreux élus et la question posée au gouvernement par le sénateur du Pas-de-Calais et président de l’ANEL Jean-François Rapin au Sénat, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a annoncé ce jour que le préfet pourra autoriser l’accès aux plages", peut-on lire sur le communiqué publié ce jeudi

"La règle générale reste la fermeture", a rappelé le ministre de l'Intérieur lors de sa prise de parole ce jeudi. Mais le préfet pourra autoriser l'accès aux plages, lacs et centres nautiques "sur demande des maires" et "avec un dispositif et des aménagements suffisants pour garantir la distanciation physique". 

La prudence est de mise

À Saint-Malo, où le maire souhaite ouvrir les plages, on prépare minutieusement ce moment raconte Ouest France. "Il va falloir gérer la question de la digue, de la surveillance, du balisage, de l’information. Nous allons rentrer dans les prochaines heures dans l’élaboration précise du programme de réouverture", explique Claude Renoult.

Et au moindre problème, l'accès serait retiré. "J’en appelle à la responsabilité de tous pour respecter les règles qui seront fixées. Car si ça ne fonctionne pas, on fermera", assure le maire, qui prend très au sérieux "la responsabilité qui découle de cette décision".

D'autres préfèrent carrément attendre. C'est le cas du maire de Nice, Christian Estrosi, qui reste prudent, rapporte 20 minutes. À partir du 11 mai, les jardins et la promenade des Anglais seront ouverts au public, "mais n’allons pas trop vite non plus", a tempéré le maire LR. "Je ferai un bilan, plus tard, pour voir pour la réouverture des plages."

Camille Sarazin