BFMTV

Réouverture des écoles: ce que préconise le protocole édité par l'Education nationale

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - AFP

Le ministère de l'Education nationale a conçu un protocole sanitaire afin de spécifier les mesures à observer dans les écoles à compter de la reprise des cours, afin de faire face à la menace du coronavirus. BFMTV.com a pu consulter le projet destiné aux écoles maternelles et primaires.

Les écoles maternelles et primaires doivent reprendre les cours progressivement à partir du 11 mai prochain, les collèges à partir du 18 mai. Les responsables et personnels d'établissement auront bien besoin de ce délai pour emmagasiner les nombreuses préconisations consignées par l'Education nationale dans ses protocoles sanitaires, destinés selon le document aux "collectivités territoriales, aux services déconcentrés de l’Etat, aux directeurs et aux personnels de direction ainsi qu’à l’ensemble des communautés scolaires" afin de minimiser les risques devant la menace du coronavirus.

L'institution a en effet élaboré deux livrets numériques, l'un pour les écoles maternelles et primaires, l'autre regardant la situation des collèges. BFMTV.com a pu consulter le premier ce mercredi matin. 

Il n'est pas impossible par ailleurs que ces séries de mesures évoluent encore, au moins à la marge, d'ici à leur application. Le Monde précise en effet qu'une version définitive de ces textes devrait être mise en ligne d'ici à la fin de semaine.

A ce stade cependant, les recommandations faites pour l'accueil, l'enseignement et l'encadrement des enfants se découpent en dix chapitres ou "fiches thématiques". On y retrouve quelques grands principes comme le port du masque pour les enseignants et le personnel auxiliaire ou "le maintien de la distanciation physique, l’application des gestes barrières, la limitation du brassage des élèves, l’assurance d’un nettoyage et d’une désinfection des locaux et matériels, l’information la communication et la formation". Voici cependant les mesures spécifiques les plus importantes, thème par thème. 

  • Accueil et encadrement des élèves

Le premier enjeu de la journée réside dans l'accès même à l'école. Il faut en effet prévenir l'agglutinement que peut provoquer le début de journée devant l'entrée des bâtiments. L'Education nationale écrit ainsi qu'il conviendra de "placer un ou plusieurs accueillants aux entrées de l'établissement pour filtrer les arrivées et le flux de personnes." Le mieux étant encore de ménager plusieurs chemins en "privilégiant l'entrée par plusieurs accès pour diviser le volume du flux". 

Il est même suggéré de "dissocier les flux" d'entrée et de sortie. Si la configuration des lieux ne le permet pas, il est également possible d'indiquer lequel de ces courants a la priorité sur l'autre, à telle heure de la journée.

Tandis que le document souligne l'obligation de veiller à ce que les élèves se lavent régulièrement les mains durant leur séjour dans l'établissement, il avance de manière par ailleurs que ce lavage des mains "peut se matérialiser par des activités (chanson, création graphique, vidéo explicative)."

  • Aménagement des salles de classe

La topographie des salles de classe va elle-même devoir changer. "Veillez à ce qu’il y ait au moins un mètre entre les tables", intime le livret qui note d'ailleurs qu'en maternelle, les salles de sieste doivent aussi garantir les distances entre les petits.

Il faut également "veiller à limiter les croisements à l'intérieur de la classe, par exemple par la mise en place d'un sens de circulation à l'intérieur de la classe qui peut être matérialisé au sol." Il est également spécifié qu'"une salle de classe de 50m² permet d’accueillir 15 élèves en respectant la distanciation physique".

  • Récréation et circulation dans les couloirs

Hors des murs de la salle de classe, consigne est passée de "définir un sens de circulation dans le respect des règles d'incendie et d'évaluation". A nouveau, il s'agit de "privilégier le sens unique de circulation", ou "à défaut, de définir un sens de circulation prioritaire". Il faut même "décaler les horaires de pause pour limiter le nombre d'élèves dans les couloirs et donc le croisement".

Le document insiste en invitant à "échelonner les temps de récréation, éviter les regroupements de niveaux différents, à adapter et réduire les temps de récréation en fonction de l'effectif présent." On pousse aussi à "organiser les plannings de récréation et définir les modalités de signalement de début et de fin de récréation." 

La distanciation physique reste un impératif que ce soit dans les allées et venues comme dans les jeux. Par conséquent, les enseignants reçoivent l'instruction de "faire sortir et rentrer les élèves en respectant la distanciation physique entre chacun des élèves (une matérialisation pourra être envisagée), d'organiser les départs et retours en classe par groupe adapté pour permettre une meilleure maîtrise de la distanciation physique" et de "veiller au respect des gestes barrières et des distances de sécurité dans les jeux extérieurs". 

Dans ce contexte, on imagine mal une partie de balle au prisonnier ou un match de football. Et en effet, "les jeux de ballons et jeux de contacts" sont tout bonnement "proscrits". Les passages dans la bibliothèque sont aussi amendés: l'objectif est d'"adapter le fonctionnement des bibliothèques collectives en régulant la manipulation des livres par les élèves", c'est-à-dire qu'un livre emprunté ou manipulé sera ensuite "laissé au repos pendant cinq jours après utilisation". Pour faire bonne mesure, on demande au maximum à l'enseignant de faire la lecture ou de proposer des ressources audio. 

  • Nettoyage approfondi 

Le nettoyage approfondi et la désinfection seront les autres priorités de l'enseignement dans les semaines ou mois à venir. Ils sont en effet imposés avant la reprise des cours à tous les établissements ayant accueilli élèves ou sans-abri durant le confinement. Un nettoyage ordinaire suffira pour les autres. 

Une fois le retour des élèves accompli, le rythme de l'entretien des écoles sera très soutenu. Ainsi, il faudra "réaliser le nettoyage et la désinfection des sols, tables et chaises au minimum une fois par jour pour tous les espaces utilisés ou de passage."

Il conviendra aussi de "nettoyer et de désinfecter plusieurs fois par jour, dans les espaces utilisés, les zones fréquemment touchées". Pour les sanitaires, il s'agit des "toilettes, lavabos, robinets, chasses d'eau, loquets, interrupteurs, douches".

Les "poignées de porte, de fenêtre, les boutons d'ascenseur" font également partie de la liste, tout comme "les rampes d’escalier, télécommandes, claviers, écrans, souris, le matériel utilisé, les supports pédagogiques" et enfin les "aires de jeux et équipements sportifs si utilisés". Il est aussi assigné à la vigilance du personnel la tâche de "limiter le nombre de personnes présentes dans les sanitaires au nombre maximum de cuvettes et, ou d'urinoirs présents".

  • La question des repas

Mesure déjà médiatisée, et contestée par certaines organisations syndicales, la volonté d'encourager le déjeuner des enfants, avec un plat froid de préférence, en classe sous la supervision d'un adulte est répétée. Mais la possibilité de manger à la cantine n'est pas exclue pour autant: 

"En cas de restauration à la cantine ou au réfectoire, concevoir l'organisation des temps de restauration et d'accès de manière à limiter au maximum les files d'attente et les croisements de groupes d'élèves dans les couloirs. Le respect des mesures sociales de distanciation s’applique dans tous les contextes et tous les espaces: les temps de passage, la circulation, la distribution des repas. La gestion des matériels collectifs (plateaux, couverts, brocs d’eau…) est adaptée pour limiter les contacts."
  • La gestion des cas suspects

Dans le cas où un enfant viendrait à manifester les signes de coronavirus, la marche à suivre est aussi indiquée. Si un cas suspect se déclare parmi les élèves, on devra procéder à l'isolement immédiat de l’élève avec masque dans une pièce dédiée. Ensuite, on devra prendre sa température, contacter ses parents afin qu'ils viennent le chercher, puis le personnel de santé de l’Education nationale pour identifier les personnes ayant interagi avec l’enfant jusque dans les 48h précédant l’apparition des symptômes. 

Si un adulte montre des symptômes, il sera lui aussi isolé et pourvu d'un masque jusqu'à son départ de l'établissement. 

Robin Verner