BFMTV
Politique

Pourquoi Emmanuel Macron accorde-t-il une interview maintenant ?

Le président de la République, Emmanuel Macron, va accorder une interview télévisée dimanche à TF1. Le but? Expliquer les réformes en cours et casser la stratégie de communication "jupitérienne" en vigueur jusqu'alors.

L'heure du grand oral est arrivée. Emmanuel Macron, le président de la République va répondre à sa première grande interview télévisée devant les caméras de TF1. Après avoir accordé ce samedi un entretien à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, le président s'adressera directement aux Français dimanche.

Après avoir renoncé à la traditionnelle interview du 14 juillet et alors qu'il tente d'éviter les médias nationaux depuis le début de son mandat, Emmanuel Macron change de stratégie et répondra aux questions de David Pujadas, Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau. Le premier objectif? Eclairer les Français sur les réformes en cours.

"Emmanuel Macron a besoin de s’adresser aux Français. Il va expliquer, faire de la pédagogie sur les premières réformes. Il va tenter de donner des signaux à sa gauche, insister sur l’aspect social des prochaines mesures, la sécurisation des parcours professionnels à travers l’assurance chômage ou encore la formation professionnelle", assure Jérémy Brossard, journaliste politique pour BFMTV.

Le président devra aussi défendre le premier budget de son quinquennat, dont la discussion démarre mardi à l'Assemblée. La transformation de l'ISF en impôt sur la seule fortune immobilière, qui épargnera les placements financiers, conjuguée à l'introduction d'une "flat tax" de 30% sur les revenus du capital, lui ont valu d'être accusé par la gauche de favoriser les plus aisés et de dériver vers une politique de droite. Et essayer de ne plus apparaître comme "le président des riches", dont l'accuse ses adversaires.

Casser l'image "jupitérienne"

Jusqu'ici, le président de la République avait préféré donner des interviews à la presse étrangère. Alors qu'il a vu sa côte de popularité remonter au début du mois d'octobre, Emmanuel Macron veut changer de stratégie en France et couper les ponts avec l'image "jupitérienne" où l'exclusivité de l'apparition dans les médias est le leitmotiv.

"Au départ, il a voulu appliquer une stratégie 'mitterrandienne', 'jupitérienne', apparaître rarement pour se faire désirer. Sauf que l’on a complètement changé d’air depuis 30 ans et qu'aujourd'hui, on est dans l'air de l'immédiateté, qu'il faut réagir et que son Premier ministre et ses ministres n'ont pas la puissance pour le faire. Il est le seul à arriver, à aller au premier plan et à se faire entendre. Il s'aperçoit qu'il a besoin de faire ça", affirme Pierre-Emmanuel Guigo, chercheur en communication politique sur le plateau de BFMTV.

Depuis son arrivée au pouvoir, le président de la République a entamé une série de réformes, mal accueillies par l'opinion publique, à l'instar de certaines de ses petites phrases. Cette interview intervient alors que le président a de nouveau reçu cette semaine à l'Élysée les dirigeants des grandes centrales syndicales, afin de lancer sa réforme de l'assurance chômage, de la formation et de l'apprentissage, dans un climat social qui s'est tendu. 

"Emmanuel Macron ne s'est jamais rien interdit dans sa communication", assure sur RTL Christophe Castaner, qui estime que le moment était venu. Il s'agit d'"un moment de pédagogie nécessaire", d'une étape charnière", sans tomber, pour autant dans une "présidence bavarde".

G.D.