BFMTV

"Bordel": selon son entourage, Macron "assume sur le fond" mais regrette le mot

Emmanuel Macron à Egletons.

Emmanuel Macron à Egletons. - Ludovic Marin / AFP

A Egletons, en Corrèze, ce mercredi, le président de la République avait accusé certains salariés de GM&S, qu'il avait refusé de recevoir, de "foutre le bordel" en considérant qu'ils devaient plutôt postuler dans une entreprise voisine. La phrase a déclenché une vaste polémique. Ce jeudi, ses proches tentent de l'apaiser.

Emmanuel Macron "assume sur le fond" ses propos tenus mercredi en Corrèze tout en reconnaissant qu'il n'aurait pas utilisé le mot "bordel", un "mot familier", dans le cadre d'un discours officiel, ont expliqué ce jeudi des proches du président de la République.

Il ne "retire rien sur le fond"

Depuis mercredi soir et nos images montrant Emmanuel Macron, lors d'un déplacement en Corrèze, dire au président du Conseil régional d'Aquitaine, Alain Rousset, que "certains" feraient "mieux d'aller voir s'il y (avait) des postes" pour eux dans une entreprise voisine au lieu de "foutre le bordel", désignant à l'évidence les salariés de GM&S qui l'avaient interpellés à son arrivée, la polémique fait florès. Personnalités politiques, syndicalistes, ils sont nombreux à avoir dénoncé les propos du président de la République.

Le président "assume sur le fond", mais il "ne savait pas qu'il était filmé et, par conséquent, son registre de langage relevait du privé", a indiqué son porte-parole Bruno Roger-Petit. Le chef de l'Etat "ne retire rien sur le fond" de ses déclarations faites lors d'une visite à Egletons, a indiqué l'Elysée, mais il "n'emploierait pas, dans un cadre officiel, le mot bordel, qu'il a utilisé dans une discussion officieuse", a précisé un autre proche. 

R.V. avec AFP