BFMTV

Polémiques, chaises vides à Toulon: Macron traverse un trou d'air

Emmanuel Macron a tenu samedi un meeting devant 1.200 personnes.

Emmanuel Macron a tenu samedi un meeting devant 1.200 personnes. - Boris Horvat - AFP

Emmanuel Macron était en meeting samedi à Toulon, dans le Var. Le candidat d'En Marche! devait faire oublier ses déclarations polémiques des derniers jours alors que le mouvement en faveur de sa candidature connaît ses premières faiblesses.

"Je vous ai compris." Samedi, à Toulon, c'est un Emmanuel Macron qui se voulait compréhensif qui s'est présenté devant ses partisans réunis en meeting. Le candidat d'En Marche! a clos ainsi une semaine tumultueuse après ses déclarations polémiques sur la colonisation française qualifiée de "crime contre l'humanité". Puis sur les partisans de la Manif pour tous qui auraient été "humiliés" selon lui.

"On doit le regarder en face ce passé colonial, et oui c'est un passé dans lequel il y a des crimes contre l'humain", a réitéré Emmanuel Macron. S'il ne s'excuse pas, le candidat à la présidentielle s'est dit "désolé" d'avoir blessé des personnes. 

"Je le dis aujourd'hui, à chacun et chacune dans vos conditions, dans vos histoires, dans vos traumatismes, parce que je veux être président, je vous ai compris et je vous aime", a-t-il conclu paraphrasant le Général de Gaulle.

800 chaises vides

Lors de ce meeting, Emmanuel Macron s'est voulu surtout dans l'attaque. A Nicolas Sarkozy et François Fillon, il leur reproche d'avoir supprimé la police de proximité, lui qui veut créer une police de sécurité quotidienne. Le candidat LR est également taxé de courir derrière les voix du FN. Il s'en prend ensuite à Benoît Hamon, sans le nommer, en critiquant la position de certains dirigeants politiques qui toléreraient que certaines femmes soient empêchées d'aller sur une terrasse de café.

Le Front national n'est pas exempt de critiques. Emmanuel Macron a accusé le parti frontiste d'avoir perturbé le déroulé de son meeting avec un rassemblement -non déclaré en préfecture- d'environ 150 personnes, drapeaux français à la main, à l'entrée du Zénith de Toulon. Il a déploré que le parti à la flamme a "empêché des centaines" de partisans de pénétrer dans la salle devant un parterre de 1.200 personnes alors que les organisateurs en attendaient 2.000.

Baisse dans les sondages

L'explication pourrait se trouver ailleurs. "On a donné à la droite une toute petite bulle d'air, l'erreur politique est là", reconnait un macroniste dans Le Parisien. Dans un sondage publié vendredi PrésiTrack d’OpinionWay pour Les Echos, Orpi et Radio classique, le candidat recueille 20% d'intentions de vote. En une semaine, Emmanuel Macron a perdu deux points. Plus préoccupant pour le fondateur d’"En marche!", cette baisse de forme se traduit dans tous les segments de l’électorat.

A droite, on se réjouit de cette situation alors que François Fillon est empêtré dans les affaires d'emplois présumés fictifs de son épouse. "Macron commence à faire des c... Fillon a touché son point bas et Macron son point haut, donc on est plutôt bien partis", se réjouit un filloniste auprès du quotidien alors que le parquet financier a déclaré cette semaine poursuivre l'enquête. "On n’arrive pas à savoir si c’est une forme d’enterrement de l’affaire ou au contraire le début et que ce sera suivi de poursuites et de nouveaux épisodes", analysait Ruth Elkrief, l'éditorialiste de BFMTV. Cette mauvaise passe fait désormais craindre dans le camp Macron à une candidature de François Bayrou qui viendrait reprendre des voix à son candidat.

Justine Chevalier