BFMTV

La chute d'Emmanuel Macron dans les sondages se poursuit

BFMTV

Selon un sondage OpinionWay publié ce vendredi, l'ex-ministre de l'Economie recule dans les intentions de vote. Cette chute, esquissée plus tôt dans la semaine, fait écho à ses récentes déclarations polémiques.

Emmanuel Macron poursuit sa glissade dans les enquêtes d’opinion, amorcée plus tôt cette semaine. Selon le sondage PrésiTrack d’OpinionWay pour Les Echos, Orpi et Radio classique, publié ce vendredi et actualisé quotidiennement, ses chances de ne pas figurer au second tour de la présidentielle augmentent dans la mesure où il est donné au coude-à-coude avec François Fillon.

Macron perd du terrain dans tous les segments de l'électorat

Les deux hommes recueillent 20% d’intentions de vote d’après ces projections, largement distancés par la leader frontiste, Marine Le Pen, forte de ses 26% de suffrages fictifs. Depuis le début de la semaine, Emmanuel Macron a perdu deux points selon ce baromètre, tandis que le candidat de la droite et du centre restait stable, malgré les controverses qui agitent sa campagne. Plus préoccupant pour le fondateur d’ "En marche", cette baisse de forme se traduit dans tous les segments de l’électorat, comme le montre cet article des Echos: il perd trois points auprès des hommes (22%), deux chez les femmes (17%) et les jeunes âgés de moins de 35 ans (18%), ainsi que trois points auprès des personnes âgées de plus de 50 ans (20%).

Si le délai apporté à la présentation de son programme a pu altérer sa bonne santé dans les sondages, ce sont désormais les récentes déclarations d’Emmanuel Macron qui sont évoquées pour expliquer cette chute. Cette semaine, Emmanuel Macron avait qualifié la colonisation de "crime contre l’humanité" puis avait assuré, lors d’un entretien dans L’Obs, qu’on avait "humilié" les opposants au mariage pour tous.

Parler du quotidien

Bernard Sananès, président de l’institut de sondages Elabe, a estimé sur BFMTV que ces sorties pouvaient encore influencer la campagne de l’ex-ministre de l’Economie:

"Ces déclarations peuvent avoir plusieurs conséquences dans l’électorat d’Emmanuel Macron, au moment où déjà depuis quinze jours celui-ci traverse une phase plus difficile dans les sondages car sa dynamique s’est enrayée, voire pour certains instituts érodée."

Selon le sondeur, l’homme politique devrait quitter ces sujets polémiques pour se recentrer autour de thématiques plus familières aux Français:

"Il a besoin de relancer sa dynamique. Comment faire? En revenant à des sujets du quotidien, à des sujets plus concrets: emplois, sécurité, protection sociale. C’est sur ces sujets-là aujourd’hui qu’Emmanuel Macron est attendu pour transformer ce qui était une curiosité positive par rapport à sa démarche en une vraie intention de vote, un vrai suffrage au mois d’avril au premier tour."

R.V.