BFMTV

Macron décidera de sa candidature à la présidentielle en décembre ou janvier

L'ancien ministre de l'Economie décidera en "décembre ou janvier" s'il se portera candidat à l'élection présidentielle de 2017.

L'ancien ministre de l'Economie décidera en "décembre ou janvier" s'il se portera candidat à l'élection présidentielle de 2017. - AFP

Emmanuel Macron, leader du mouvement En Marche! souhaite prendre son temps. Dans une interview accordée à la chaîne de télévision américaine Bloomberg, l'ex-ministre de l'Economie déclare qu'il décidera "en décembre ou en janvier" s'il est ou non candidat à la présidentielle.

Il prendra sa décision en décembre ou janvier. C'est ce qu'à annoncé à la chaîne de télévision Bloomberg ce vendredi, l'ancien ministre de l'Economie et leader du mouvement En Marche!. "La question essentielle devra être tranchée d'ici à la fin de l'année" a confié l'énarque, dans une interview en anglais. 

Pas de décision pour le moment donc, car "c'est trop tôt, je ne veux pas faire de cela un spectacle pour l'ego mais, si nous sommes en situation, je ne veux rien exclure", a souligné Emmanuel Macron

Un bébé de sept mois 

L'ancien ministre de l'Economie veut prendre son temps, peser et diagnostiquer. "Je veux construire une vision, finaliser cette plateforme pour rassembler les gens" a-t-il expliqué, avant de vanter la réussite de son mouvement, "Aujourd'hui, j'ai 88.000 adhérents, je suis au coude-à-coude avec le Parti socialiste alors que je suis tout nouveau, je n'ai que 7 mois".

Il a quitté le gouvernement en août et depuis, le docteur Macron mène une série de réunions publiques où il expose son "diagnostic" d'une France malade. Le premier rendez-vous était à Strasbourg le 4 octobre, puis au Mans une semaine plus tard. 

Les grandes lignes de Macron

S'il a une ambition, c'est celle de repenser le système. Lors de ses "diagnostics", l'ancien banquier d'affaires dessine les lignes de son programme, avec cinq priorités: l'emploi, la santé, la sécurité, l'éducation et la mobilité. 

Pour l'ex-ministre, il ne faut pas s'attarder sur la question du temps de travail, mais sur la mise en place d'une structure qui s'adapterait à différentes réalités. Par ailleurs, Emmanuel Macron plaide pour revoir la formation professionnelle, afin qu'elle protège les travailleurs. 

L'énarque, instigateur de la libéralisation des bus, souhaite aller plus loin et développer les transports en commun, pour assurer une mobilité de proximité. 

Concernant la sécurité, Emmanuel Macron mise là encore sur le local et plaide pour le développement d'une police de proximité. Il souhaite également rebâtir le renseignement sur le territoire.

Enfin, le docteur Macron plaide pour une amélioration du système de santé, avec une meilleure prévention des maladies pour une société française aujourd'hui vieillissante. 

A.Mi, Marine Henriot