BFMTV

UMP: Sarkozy s'est programmé un tour de France en janvier

Nicolas Sarkozy le 13 décembre dernier lors d'un discours devant les cadres de l'UMP à Paris

Nicolas Sarkozy le 13 décembre dernier lors d'un discours devant les cadres de l'UMP à Paris - Dominique Faget - AFP

Après avoir multiplié les rencontres discrètes et opéré une cure de silence sous la pression bienveillante de ses proches, le président de l'UMP va aller à la rencontre des militants de son parti, une fois par semaine dès le début du mois de janvier.

Nicolas Sarkozy va entamer en janvier un tour de France à la rencontre des militants UMP, rapporte RTL lundi. Le nouveau président du parti va reprendre la lumière à raison d'un déplacement par semaine.

Récemment, l'ancien chef de l'Etat avait multiplié les rendez-vous pour, dans un premier temps, constituer l'organigramme de l'UMP, mais aussi pour emmagasiner un maximum d'informations sur un maximum de sujets.

Le leitmotiv a été théorisé par son fidèle Brice Hortefeux selon la radio: "S'intéresser à tout sans s'occuper de tout". D'où cette cure de silence médiatique à laquelle Nicolas Sarkozy s'est astreint, non sans mal puisqu'il a fallu le convaincre d'oublier caméras et projets de prise de parole dans un media national.

Gérer les querelles, ne pas répondre aux provocations

L'objectif? Prouver que Nicolas Sarkozy est au-dessus de la mêlée politique française, seulement taillé pour la bataille de l'Elysée. Et en premier lieu ne surtout pas répondre au premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis qui, dans un courrier, l'invitait à débattre et ironisait sur sa "stature" .

Nicolas Sarkozy a aussi usé ses premiers temps de président de l'opposition à régler le conflit larvé qui oppose sa vice-présidente Nathalie Kosciusko-Morizet à son secrétaire général Laurent Wauquiez ou à s'entretenir, de façon parfois houleuse, avec d'anciens proches comme Nadine Morano ou Rachida Dati, mécontentes de l'orientation prise par leur parti et des postes qui leur ont été proposés.

Mais outre les militants de son camp, c'est bien les prochaines échéances électorales que Nicolas Sarkozy va devoir préparer en parallèle des grands changements qu'il promet pour l'UMP, notamment une modification du nom. Dès le mois de mars 2015 se profilent les départementales avant les régionales de décembre. Deux occasions pour Nicolas Sarkozy de mesurer s'il a su redonner un souffle à sa famille politique et de se jauger face au PS mais surtout au FN. Et ainsi asseoir sa légitimité en vue de la primaire à droite de 2016 contre Alain Juppé notamment.

Samuel Auffray