BFMTV

Le "retour" de Sarkozy divise à droite et consterne à gauche

Les sympathisants UMP ont appelé au retour de Nicolas Sarkozy début juillet à la Ferté-Imbault

Les sympathisants UMP ont appelé au retour de Nicolas Sarkozy début juillet à la Ferté-Imbault - -

Nicolas Sarkozy affirme qu'il n'a "pas pris" encore la décision de se porter candidat à la présidence de l'UMP en novembre prochain. Mais son retour dans l’arène politique en vue de la présidentielle de 2017 ne fait guère de doute.

Sa décision n'est "pas prise" concernant la présidence de l'UMP mais Nicolas Sarkozy sème depuis de longs mois désormais tous les indices qui laissent penser qu'il ambitionne de succéder à François Hollande en mai 2017. Une "revanche", non assure-t-il dans un entretien à Valeurs Actuelles alors que pointe fin novembre le congrès qui doit élire le futur président du parti de droite. Toujours est-il que l'ancien chef de l'Etat se félicite que l'idée de son retour sur le devant de la scène fasse, en partie, son chemin.

"Nicolas Sarkozy serait candidat à la présidentielle, mais elle n'est prévue qu'en 2017, tempère sur BFMTV le député de la Drôme Hervé Mariton, candidat déclaré à la présidence de l'UMP. Cette question ne se posera pas avant 2016 et la primaire définie par les statuts du parti. Il faut respecter les statuts pour que l'opposition soit crédible. Il est beaucoup trop tôt pour dire s'il sera le meilleur candidat".

De son côté, la sénatrice UDI Chantal Jouanno, qui fut ministre de Ncolas Sarkozy, a jugé mercredi sur RTL qu'un tel retour, sur lequel elle "n'a pas beaucoup de doutes", serait "une bonne nouvelle" pour le débat politique. Une autre ancienne du gouvernement Fillon-Sarkozy, Nora Berra, qui a parrainé début juillet l'association des "Génération Sarkozy", "espère" sur Itélé, qu'il reviendra avec des jeunes".

Sarkozy au cours des affaires judiciaires

"La France est-elle condamnée à commenter les minauderies de Nicolas Sarkozy?, questionne le Parti socilaiste dans un communiqué. Alors que le pays traverse la plus grande crise d'après-guerre, l'ex-président, éconduit par le peuple, croit pouvoir tenir en haleine la France autour de son retour décidé mais non-programmé. [...] Nicolas Sarkozy minaude".

Un angle de risposte utilisé aussi par le secrétaire d'Etat Thierry Mandon sur twitter:

@NicolasSarkozy Après la stratégie chut-chut,la stratégie chochotte.@Valeurs actuelles
— Thierry Mandon (@mandonthierry) 6 Août 2014

Pour autant les affaires où le nom de Nicolas Sarkozy apparaît sont nombreuses. Pour le député FN Gilbert Collard, interrogé par iTélé, "il prépare minutieusement son retour, il va revenir dans les décombres qui sont quand même les siens, l' état de l'UMP, c'est quand même un peu sa faute. Il va revenir aussi avec son bilan. Quand un premier film est raté, le second ne marche pas".

Mais l'élu du Gard s'interroge aussi: "comment peut-il revenir avec les boulets judiciaires de bagnard médiatique qu'il traîne?"

Selon un sondage publié par BFMTV 72% des sympathisants UMP souhaitent un retour de Nicolas Sarkozy. Mais 65% des Français s'y déclarent, eux, opposés.

S.A.