BFMTV

François Fillon: "Si j'étais mis en examen, je ne serais pas candidat"

François Fillon

François Fillon - BFMTV

L'ancien Premier ministre, a précisé sa conception de la vie politique et a pointé une "dégradation de la vie publique" et un "problème de probité".

Quatrième homme dans les sondages pour la primaire de la droite et du centre, François Fillon continue sa charge contre ses rivaux et particulièrement contre Nicolas Sarkozy qu'il avait étrillé dimanche, lors d'un discours à Sablé-sur-Sarthe. "Qui imagine un instant le général de Gaulle mis en examen?", avait-il alors lancé.

"Si j'étais mis en examen, je ne serais pas candidat (...) je considérerais que je ne serais en mesure d'assurer la direction du pays ", a expliqué François Fillon, sans nommer son rival Nicolas Sarkozy, mis en examen dans plusieurs affaires.

Le candidat a déploré sur BFMTV et RMC une "dégradation de la vie publique".

"Il y a en France un problème de probité, des ministres ne paient pas leurs impôts d'autres ont des comptes à l'étranger, les responsables politiques ne peuvent pas se considérer au-dessus de la loi. Si j'étais élu président de la République je ferais fonctionner les institutions avec un souci prioritaire d'exemplarité et de probité", a-t-il ainsi fustigé.

Pour le président de président de l'institut de sondage Elabe Bernard Sananès qui s'exprimait sur RMC, la phrase sur de Gaulle permet à Fillon de remettre ce thème de la morale en politique au centre de la campagne, car "elle est reprise par tous les médias, commentée sur les réseaux sociaux". Le coup de communication est réussi. "En revanche, sur l'impact électoral, je pense qu'il faut être un peu plus prudent", explique l'analyste de la vie politique qui craint que le noyau dur de l'électorat favorable à Nicolas Sarkozy ne voie la diatribe d'un œil moins complaisant.

De son côté, Nicolas Sarkozy invité lundi matin de RTL, avait un peu plus tôt rappelé que François Fillon "a été un bon Premier ministre", mais qu"'il ne se donnerait pas le ridicule d'attaquer celui avec qui il a travaillé pendant cinq ans."

Fillon dit ne s'être pas présenté en 2012 "par loyauté"

L'ancien Premier ministre du président Sarkozy a aussi expliqué qu'"une grande partie de la majorité de l'époque (la droite, NDLR) [lui] demandait d'être candidat en 2012", à la place de Nicolas Sarkozy.

"J'aurais pu gagner en 2012", mais explique-t-il, "je n'ai jamais pensé à être candidat car je me suis toujours montré loyal et discipliné".

Concernant le nombre de mandats présidentiels qu'il envisageait de faire s'il était élu, François Fillon a expliqué qu'il a "toujours dit" ne vouloir en faire qu'un seul", car le pays est "très difficile à gouverner".

"La bataille pour la liberté"

Dans la ligne néo-libérale qu'il a toujours soutenue, François Fillon veut mener ce qu'il appelle "depuis trois ans une bataille pour la liberté".

"Il y a un besoin de liberté et ça nous ramène aux agriculteurs. Pourquoi est-ce qu'ils n'ont pas de revenus? Car les trois quarts de leurs ressources passent en application de charges, en impôts et application de charges excessives. Le cri des Français c'est: 'On en a assez de travailler pour ceux qui ne travaillent pas, pour financer un système social qui n'est ni juste, ni efficace'".

Islamophobie: Fillon redoute une "forme de guerre civile"

Si François Fillon dit "comprendre l'exaspération" du restaurateur qui refusé de servir deux femmes voilées, il rappelle que "la loi en France ne permet pas à un restaurateur de refuser des clients en fonction de leur tenue vestimentaire".

L'ancien Premier ministre a invité les responsables politiques "à rester calme" et à "ne pas attiser la haine en stigmatisant les musulmans de France" au risque selon lui que n'advienne une "forme de guerre civile".

D. N.