BFMTV

Après Penelope Fillon, un nouveau scandale d'emploi fictif dans l'équipe de campagne du candidat LR?

Une nouvelle affaire pour François Fillon? Selon Mediapart, l'une de ses collaboratrices aurait été salariée par Marc Ladreit de Lacharrière, le propriétaire de La Revue des deux mondes, déjà visé par une enquête concernant Penelope Fillon, accusée d'emploi fictif. L'équipe du candidat dénonce des accusations "infondées".

Un nouveau scandale pour François Fillon? Après les accusations d'emploi fictif visant son épouse Penelope Fillon, une membre de l'équipe de campagne du candidat des Républicains à l'élection présidentielle est à son tour soupçonnée.

Selon Mediapart, Alexia Demirdjian, présentée comme un "pilier" de l'équipe de François Fillon, a été pendant un peu plus d'un an chargée de mission pour la Fondation culture et diversité, une branche de la holding Fimalac - le groupe du milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière auditionné lundi pour avoir employé Penelope Fillon à La Revue des deux mondes - alors qu'elle travaillait pour la campagne du candidat des Républicains. 

"Des accusations sans fondements"

Ce mardi, Alexia Demirdjian - dont la page Linkedin, récemment actualisée selon Mediapart, évoque cette mission - a démenti avoir bénéficié d'un emploi fictif et a précisé avoir réellement travaillé pour François Fillon ainsi que la Fondation culture et diversité.

"Je suis profondément choquée et blessée que mon nom et mon honneur soient traînés dans la presse et soient salis. Je fais l'objet d'accusations qui sont parfaitement sans fondements (...) Ça fait dix ans que je travaille, dix ans que mon parcours est transparent. Mes missions et mes journées de présence étaient clairement définies sur mon contrat de travail. Personne ne peut nier que tous les jours, j'étais là. J'ai partagé mon bureau avec les autres chargés de mission de la fondation."

"Alexia Demirdjian n'a jamais figuré sur l'organigramme"

Officiellement chargée de mission entre mars 2015 et mars 2016 auprès de cette fondation dont l'objectif est de favoriser l'accès à la culture aux jeunes défavorisés, Alexia Demirdjian n'aurait "pas laissé de trace publique de son passage", assure le site internet. "Alexia Demirdjian n'a (...) jamais figuré sur l'organigramme public de la fondation, à la différence de la petite dizaine d'autres cadres et chargés de mission."

En revanche, la jeune femme se serait durant cette période "engagée dans la campagne numérique de François Fillon". Sur les réseaux sociaux, elle se présente comme étant en charge du projet de l'ancien Premier ministre pour 2017, de la communication et du numérique depuis mars 2015.

"Ce contrat de travail prévoyait un mi-temps"

Mais l'équipe du candidat LR a démenti les accusations de Mediapart, assurant que la jeune femme avait un contrat et travaillait à mi-temps. 

"Alexia Demirdjian a été engagée par l'association Force Républicaine (l'association de soutien à François Fillon, NDLR) par un contrat à durée indéterminée qui a pris effet le 9 mars 2015. Ce contrat de travail prévoyait un mi-temps (l'intéressée était employée pour un horaire hebdomadaire de 17 heures et 30 mn)", a précisé dans un communiqué Patrick Stefanini, directeur de campagne de François Fillon.

-
- © Capture Twitter

"Mise en cause de manière totalement infondée"

Éléonore de Lacharrière, la fille du fondateur et PDG de Fimalac et déléguée générale de la fondation, a également démenti tout emploi fictif. 

"Elle était notre salariée à mi-temps pour une mission globale sur une plateforme d'information et d'orientation pour les jeunes vers les études et les métiers de la culture, assure-t-elle à Mediapart. Tous ceux qui connaissent la fondation l'ont rencontrée", précisant que son engagement politique ne posait pas problème.

Alexia Demirdjian aurait, lors de sa mission, rédigé des notes internes. Mais, selon Mediapart, "un membre du comité de pilotage dit n'avoir jamais reçu aucune de ces notes". Et durant cette même période, la jeune femme était présentée comme "conseillère permanente de François Fillon" par un cabinet de conseil. 

L'équipe de François Fillon a dénoncé des accusations "infondées".

"Je déplore que Madame Alexia Demirdjian qui a fait preuve depuis son embauche de remarquables qualités professionnelles soit mise en cause de manière totalement infondée sans que Mediapart ait cherché à vérifier auprès des dirigeants de Force Républicaine sa situation professionnelle dans cette association", s'est indigné Patrick Stefanini.

Céline Hussonnois-Alaya