BFMTV

Affaire Penelope Fillon: François de Rugy veut faire la leçon et se fait épingler

François de Rugy à Paris, en octobre 2015.

François de Rugy à Paris, en octobre 2015. - Thomas Samson - AFP

L'affaire qui entoure le couple Fillon remet sur la table la question de la transparence de l'activité des élus. François de Rugy, député de Loire-Atlantique, a voulu montrer sur les réseaux sociaux combien il rémunérait ses collaborateurs. Avec une certaine maladresse.

Le tweet boomerang. En pleine affaire Penelope Fillon, le député et ancien candidat à la primaire de la gauche François de Rugy a voulu faire la leçon en faisait montre de transparence. Sur Twitter, l'élu de Loire-Atlantique a partagé une photo avec les fiches de paie de deux collaborateurs. "Ce soir, avant de quitter le bureau, je signe les fiches de paye de deux de mes collaborateurs parlementaires", écrivait-il. 

Une manière de montrer qu'il rémunère correctement ses collaborateurs. Sauf que... les lecteurs les plus attentifs sur les réseaux remarquent qu'il s'agit d'un collaborateur et d'une collaboratrice, grâce au numéros de Sécurité sociale sur le bulletin de paie. Et il se trouve que sa collaboratrice est moins bien payée que son collaborateur. 

Son collaborateur masculin est donc payé 2.434,16 € nets par mois, pour 121,34 heures travaillées officiellement. Sa collaboratrice est rémunérée 2289,42 € pour 151,67 heures, soit un temps plein. Une manière d'afficher, involontairement, une inégalité salariale. 

Au Lab d'Europe 1, François de Rugy s'en explique. Il estime avoir voulu "faire oeuvre de transparence" tout en reconnaissant "une maladresse". "Il faudrait tourner sept fois ses doigts au-dessus de son clavier avant de tweeter". Sur le fond, il explique cette différence de salaire par le fait que "ce sont deux personnes qui n'ont pas la même expérience, le même parcours et qui ne font pas le même travail", indique le député.

IV