BFMTV

Le Pen assure que le FN aura un groupe à l'Assemblée "en cours de mandat"

Marine Le Pen

Marine Le Pen - Capture BFMTV

Marine Le Pen assure que le Front national réunira suffisamment de députés au cours de la législature pour former un groupe parlementaire. Pour l'heure, le FN n'a que huit des quinze sièges nécessaires.

Marine Le Pen en reste convaincue: le Front national parviendra à former un huitième groupe parlementaire à l'Assemblée nationale. La formation d'extrême droite, qui n'a obtenu que huit députés aux élections législatives au lieu des quinze requis pour former un groupe, a réaffirmé ce mercredi sur notre antenne que le FN parviendrait à former un groupe "en cours de mandat".

"Nous y arriverons dans le courant du mandat. Sur le coup, on y arrive pas, tous le monde est pris en main, et puis, au fur et à mesure, on s'aperçoit que des gens se sentent plus proches de ce que vous défendez, de la manière dont vous le défendez, et ne veulent pas être des moutons de plus dans un ou deux groupes", déclare la président du Front national.

La nouvelle députée du Pas-de-Calais, encore peu familière du palais Bourbon, dénonce "l'hypocrisie" politique de la majorité, dont les propositions en vue de renforcer la représentativité de l'Assemblée nationale ne seraient selon elle que pure cosmétique:

"S'ils sont cohérents, et considèrent que tous les Français doivent être représentés, pourquoi ne pas baisser le nombre de parlementaires nécessaires pour faire un groupe à dix plutôt qu'à quinze ? Cela permettrait aux Français d'avoir des députés qui les représentent et qui peuvent travailler de manière équitable entre eux."

Une Assemblée en "perte de légitimité"

Cette difficulté à former un groupe a conduit l'élue d'Hénin-Beaumont à renouveler ses critiques à l'encontre du mode de scrutin des législatives, et à réclamer à nouveau l'adoption du mode de scrutin proportionnel.

"Le premier acte de rétablissement de la confiance dans la vie publique, c'est la proportionnelle. C'est le seul moyen de faire baisser l'abstention considérable des élections législatives. Cette Assemblée nationale y perd en terme de légitimité. Une grande partie des Français sait que s'il met un bulletin dans l'urne, ce n'est pas pour ça qu'il aura des représentants pour défendre ses idées. 10% de proportionnelle, ce sont des miettes. Pourquoi ne pas mettre en œuvre la proportionnelle intégrale, quitte à mettre une prime à la liste arrivée en tête, pour permettre d'avoir une forme de stabilité à l'Assemblée ?"

En 1986, les seules élections législatives à la proportionnelle intégrale, décidées par François Mitterrand à la fois par conviction et par opportunisme, avait permis au Front national d'obtenir 35 sièges au palais Bourbon, son record historique. 

Louis Nadau