BFMTV

Kohler et Emelien, les deux éminences grises de Macron

Alexis Kohler à l'Élysée.

Alexis Kohler à l'Élysée. - PATRICK KOVARIK / AFP

Trois hommes concentrent le pouvoir à la tête de l'Etat: Emmanuel Macron et ses deux fidèles conseillers, Alexis Kohler et Ismaël Emelien.

Emmanuel Macron, Alexis Kohler, Ismaël Emelien? "Ils font les trois-huit à eux tout seuls", confie au Monde un conseiller de l'Elysée. Trois stakhanovistes, tous installés à l'Élysée, autour desquels gravite le pouvoir.

Trois mois après le début du quinquennat d'Emmanuel Macron, le duo de conseillers de l'ombre Kolher-Emelien n'est que rarement exposé aux flashs médiatiques. Respectivement secrétaire général et conseiller spécial de l'Élysée, Alexis Kohler et Ismaël Emelien sont pourtant, à 44 et 30 ans, au cœur du réacteur. 

Centralisation extrême

Ils "sont la tour de contrôle, le radar du Président", explique un connaisseur du Palais. "Les deux hémisphères" du chef de l'Etat, selon l'expression du fidèle macroniste Benjamin Griveaux.

Entouré de ses deux hommes de confiance, eux aussi passés par le privé (MCS Croisières et Havas), Emmanuel Macron a installé un pouvoir jacobin, centralisé et technocratique.

"Macron, Kohler, Emelien, c’est un triangle d’or, où se prennent toutes les décisions stratégiques", explique un haut fonctionnaire au journal du soir. "À Matignon ou à Bercy, ils ne voient passer ni les flèches ni les Indiens."

"En réalité, Emmanuel Macron pense que ce sont les circuits courts qui fonctionnent bien. Surtout, il n’a confiance en personne. En lui, beaucoup. Mais c’est à peu près tout. Alexis et Ismaël font exception. A trois, ils décident de tout, sur le fond et sur la forme", continue cet expert des rouages de l'Etat.

Obsession de l'efficacité

Une gouvernance concentrée revendiquée par Alexis Kohler lui-même: 

"Pour qu’un bateau avance vite et droit, il faut éviter qu’il y ait plus de barreurs que de rameurs", déclare-t-il, toujours dans Le Monde.

"Il y a souvent beaucoup de gens intelligents dans l’appareil d’Etat mais quand vous les empilez les uns sur les autres, ce n’est pas la manière la plus rapide et efficace d’avancer", continue le secrétaire général de l'Élysée.

Eux-mêmes technocrates, Kohler le "gestionnaire" et Emelien le "créatif" (il est l'auteur de "make our planet great again"), connaissent la pesanteur de l'administration, qu'ils "respectent" sans hésiter à la brusquer pour autant. Un proche de l'Élysée décrit "chez eux un souci de l’efficacité qui peut parfois confiner à la brutalité". 

Quitte à verser dans le cynisme: 

"Ils ne réfléchissent pas en termes de clivage droite-gauche, ils se demandent toujours ce qui est le plus efficace pour conquérir et conserver le pouvoir. Et quand ça ne marche pas, ils n’hésitent pas à changer leur fusil d’épaule."

Louis Nadau