BFMTV

La Russie aurait créé de faux comptes Facebook pour espionner Macron durant sa campagne

Emmanuel Macron, le 21 novembre 2016.

Emmanuel Macron, le 21 novembre 2016. - Jean-Christophe Verhaegen - AFP

Selon l’agence de presse Reuters, la Russie a tenté d'espionner Emmanuel Macron pendant sa campagne électorale, en créant de faux profils Facebook.

"Deux douzaines de faux profils Facebook ont été créés par la Russie" avant l'élection présidentielle française, selon Reuters ce jeudi. L'agence de presse s'appuie sur deux sources proches du dossier et sur un membre du Congrès américain.

Ces faux profils Facebook, qui se faisaient passer pour "des amis d'amis d'Emmanuel Macron", auraient été créés dans le but "surveiller les responsables de la campagne de Macron et d'autres proches du candidat, alors qu'il cherchait à vaincre la candidate d’extrême droite Marine Le Pen".

Objectif? "Récupérer des informations confidentielles sur le candidat" mais aussi "s’approcher suffisamment de l’équipe de campagne pour leur faire télécharger un malware capable de subtiliser leurs identifiants".

Une tentative échouée

Pourtant, comme le rapporte Reuters, les pirates russes n'ont pas réussi leur coup, car les employés du réseau social Facebook sont très actifs en matière de lutte contre le piratage et l'espionnage.

En effet, durant la campagne présidentielle française, Facebook a confirmé à Reuters "qu'il avait détecté des comptes frauduleux en France et les avoir désactivés".

Par ailleurs, "Facebook a déclaré qu'il pensait que les espions n'étaient pas parvenus à obtenir de mots de passe ou à faire en sorte que leurs cibles installent des logiciels espions".

Les "Fancy Bear" à l’origine de l’espionnage?

Toujours selon l'agence de presse, les "Fancy Bear", un groupe de hackers russes, serait probablement à l’origine de cette opération.

"Fancy Bear" est également connu pour d'autres tentatives de piratage en période électorale.

En effet, "Fancy Bear a été accusé de pirater le Parti démocrate américain lors de l'élection présidentielle américaine de 2016" rapporte Reuters.

La Russie dément toujours son implication 

La Russie a nié s'être impliquée dans la campagne présidentielle qui a abouti à la victoire d'Emmanuel Macron. Les agences de renseignement américaines ont déclaré à Reuters en mai que les pirates informatiques avaient des liens avec le gouvernement russe, mais qu'ils n'avaient pas pu démontrer la responsabilité du Kremlin.

Ces révélations pourraient relancer le débat sur des hackers russes soupçonnés de s'en prendre à la campagne de Macron.

P.A.