BFMTV

Remaniement: Le Guen, soutien de Valls, relégué à un poste moins prestigieux

Manuel Valls et Jean-Marie Le Guen à l'Assemblée

Manuel Valls et Jean-Marie Le Guen à l'Assemblée - PHILIPPE LOPEZ / AFP

Jean-Marie Le Guen, soutien de Manuel Valls, s'est vu placé à un poste moins prestigieux après le remaniement. Une façon pour François Hollande de s'entourer de ses fidèles.

Avec ce remaniement, François Hollande a récompensé ses fidèles. Bernard Cazeneuve d'abord, soutien du chef de l'Etat pendant tout le quinquennat et nommé Premier ministre ce mardi. Mais aussi Bruno Le Roux qui devient ministre de l'Intérieur après avoir toujours défendu le bilan de François Hollande.

Valls, un "homme projet"

Avec ce remaniement à minima, le chef du gouvernement a échangé les portefeuilles de deux secrétaires d'Etat: Jean-Marie Le Guen récupère celui moins prestigieux du Développement de la Francophonie et cède les relations avec le Parlement à André Vallini.

Un choix politique pour François Hollande. Avec André Vallini secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, le chef de l'Etat s'entoure à nouveau d'un soutien indéfectible. Jean-Marie Le Guen est quant à lui un supporter affiché de Manuel Valls. Encore ce mardi, il affirmait à l'AFP que Manuel Valls est "un homme de projet", qui "va défendre ce qu'est la gauche de gouvernement". 

Le 20 novembre dernier, il s'interrogeait sur une candidature de François Hollande dans les colonnes du JDD :

"Il ne peut y avoir de compétition entre les deux. La démarche de Manuel Valls, c'est la loyauté et la responsabilité. Mais il y a une question qui nous est posée à nous tous : qui est le mieux placé pour porter nos espoirs et notre combat?"

Le Guen restera impliqué dans la campagne

Sur notre antenne, Maurice Szafran éditorialiste pour Challenges, estimait que garder Jean-Marie Le Guen "c'est la preuve que [François Hollande] veut la paix civile avec Manuel Valls jusqu'au bout".

Le poste de Jean-Marie Le Guen au gouvernement ne lui permettra pas de faire partie de l'équipe de campagne de Manuel Valls. Mais ce matin, il assurait sur RTL :

"Je serai évidemment tout à fait engagé dans cette campagne présidentielle (...). En tant que responsable politique, je me sens totalement impliqué, quel que soit le statut qui sera le mien", précisant être "à la disposition du président de la République".

Relégué à un poste de second plan, Jean-Marie Le Guen compte donc s'investir dans la campagne. Comme l'explique Marianne, il pourrait aussi utiliser ses déplacements à l'étranger pour s'impliquer dans les mois à venir. En 2014, Jean-Marie Le Guen vantait même les mérites du poste de Thomas Thévenoud au Commerce extérieur : "Qu'est-ce que j'aurais aimé être à la place! (...) Quand tu ne seras plus ministre, tu seras recruté par une grande boîte pour ton carnet d'adresses à l'international". 
dossier :

Manuel Valls

Mélanie Longuet