BFMTV

Démission de Hulot: Macron dit "respecter" une "décision personnelle"

Le chef de l'Etat réagissait depuis Copenhague, alors qu'il effectue une visite de 3 jours en Scandinavie.

Quelques heures après l'annonce fracassante de la démission de Nicolas Hulot du gouvernement, Emmanuel Macron, en déplacement à Copenhague, a réagi à l'occasion d'une conférence de presse.

Le chef de l'Etat, qui s'est exprimé en quelques phrases seulement, a évoqué une "décision personnelle". 

"Si j’ai choisi Nicolas Hulot il y a 15 mois, c’est parce qu’il est entre autre un homme libre et donc je respecte sa liberté. Je souhaite qu’elle n’enlève rien à son engagement et donc je souhaite pouvoir toujours compter sur celui-ci sous une autre forme et là où il sera. Je pense qu’en 15 mois, ce gouvernement a fait plus qu’aucun autre dans la même période sur ce sujet", a-t-il ajouté, défendant le bilan du gouvernement, et listant plusieurs mesures, comme la fermeture de centrales à charbon. 

Nouveau coup dur pour Macron

"Je respecte sa décision. Pour ma part j'ai pris des engagements face aux Français sur ces sujets essentiels", a déclaré le chef de l'Etat, évoquant "un combat qui ne se fait pas du jour au lendemain" et promettant un "effort constant et absolu" de sa part. 

Deux mois après l'affaire Benalla, la démission de Nicolas Hulot, en pleine rentrée politique, est un nouveau coup dur pour le président de la République. D'autant que l'ex-ministre a pris tout le monde de court en annonçant sa décision sur France Inter: ni le chef de l'Etat ni le Premier ministre n'avaient été prévenus, comme il l'a précisé lui-même. Un "manque de courtoisie", a estimé Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, qui intervenait presque au même moment sur BFMTV.

Avant la réaction officielle d'Emmanuel Macron, l'Elysée avait assuré que Nicolas Hulot pouvait "être fier de son bilan", et réaffirmé la "détermination totale" de l'exécutif à "poursuivre dans la même direction et avec le même niveau d'ambition".

Charlie Vandekerkhove