BFMTV

Affaire Benalla: l'Elysée a eu en sa possession les vidéos obtenues illégalement

INFO BFMTV - Après avoir obtenu de manière irrégulière les images de vidéosurveillance des manifestations du 1er mai, Alexandre Benalla a remis ces bandes à Ismaël Emelien, un très proche conseiller politique d'Emmanuel Macron.

C'est le témoignage d'un policier entendu et mis en examen dans l'affaire Benalla qui a permis de remonter jusqu'à lui. Selon nos informations, Ismaël Emelien, conseiller politique et très proche du président de la République a eu en sa possession les images de vidéosurveillance des manifestations du 1er mai obtenues de manière illégale par Alexandre Benalla. Interrogé par nos soins, l'Elysée confirme ces éléments.

Le mercredi 18 juillet dernier, quelques heures après les révélations du journal Le Monde identifiant Alexandre Benalla, alors adjoint au chef de cabinet de la présidence de la République, comme un faux policier en train de molester des manifestants à Paris, ce dernier s'est fait remettre par des policiers de la préfecture de police les images de vidéosurveillance de la scène. Depuis trois policiers ont été mis en examen. Dans une interview publiée par Le Monde, Alexandre Benalla explique n'avoir jamais demandé la vidéo et avoir reçu un appel la préfecture de police lui proposant de la mettre à sa disposition.

"Bien sûr que ça m’intéresse, si on peut prouver que les gens en face ne sont pas de simples passants mais des casseurs. Je ne sais pas d’où viennent ces images. (...) Ce CD, je ne le regarde pas et je le remets à l’Elysée à un conseiller communication. Ces images n’ont pas été diffusées."

Plusieurs membres du cabinet ont vu les images

Lors de sa garde à vue, l'un des fonctionnaires en cause reconnait avoir tenté de récupérer, dès le jeudi 19 juillet au matin, les bandes auprès d'Alexandre Benalla. Ce dernier leur aurait alors expliqué ne plus les avoir en sa possession et les avoir remises à Ismaël Emelien, conseiller spécial du président de la République. Contacté l'Elysée admet avoir eu en sa possession ces images. Plusieurs membres du cabinet du président ont d'ailleurs pu les visionner. Filmées sous un autre angle, elles sont porteuses d'informations alors qu'Emmanuel Macron a déclaré mardi vouloir connaître "la scène d’avant, la scène d’après" les violences.

En droit, la détention de ces images pourrait se traduire par un "recel de détournement d'images issues d'un système de vidéoprotection". Toutefois, il faudrait aux enquêteurs prouver le caractère intentionnel du délit. Or, si l'Elysée reconnaît les faits, au palais on assure que le conseiller spécial n'était pas au courant de la provenance des vidéos et minimise le délai de détention de ces images, affirmant les avoir rendues à la justice dès le vendredi 20 juillet. C'est d'ailleurs ce jour-là qu'une procédure de licenciement a été engagée à l'encontre d'Alexandre Benalla après que l'Elysée dit avoir appris que le chargé de mission s'était procuré illégalement les images.

J.C.