BFMTV

Affaire Benalla: les 3 policiers suspendus placés en garde à vue

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. - AFP

Ils sont accusés d'avoir fourni à Alexandre Benalla des images de vidéosurveillance auxquelles il n'était pas censé avoir accès.

Les trois fonctionnaires de la préfecture de police suspendus vendredi ont été placés en garde à vue ce samedi, annonce la parquet de Paris à BFMTV. Ils sont placés sous ce statut pour les chefs de détournement d'images issues d'un système de vidéoprotection et de violation du secret professionnel. 

Ils sont accusés d'avoir fourni à Alexandre Benalla des images de vidéosurveillance de la Ville de Paris sur lesquelles il apparaît et auxquelles il n'était pas autorisé à avoir accès. Des faits présumés qui ont été portés jeudi à la connaissance du préfet de police de Paris Michel Delpuech, et du directeur de l'ordre public et de la circulation Alain Gibelin. Le préfet de police a saisi ensuite le procureur de la République et proposé au ministre de l'Intérieur la suspension des trois policiers, qui est intervenue vendredi. 

La cause du licenciement de Benalla

C'est pour ce motif, et non pour les violences dont il a été l'auteur le 1er mai sur des manifestants, qu'Alexandre Benalla a été licencié par l'Elysée. L'annonce a été faite vendredi et justifiée ainsi par la présidence.

Dans un premier temps, au moi de mai, l'ancien chargé de la sécurité d'Emmanuel Macron avait été suspendu pendant deux semaines avec retenu de son salaire, puis rétrogradé à un poste de gestion de la sécurité des événements internes à l'Elysée uniquement. Une version mise à mal par des photos publiées vendredi par Libération et Paris Normandie. Les deux quotidiens ont en leur possession des images le montrant aux côtés du couple Macron à Giverny le 13 juillet, puis le lendemain, pour la Fête nationale, en compagnie du président de la République. Alexandre Benalla est en garde à vue depuis vendredi. 

Charlie Vandekerkhove avec Mélanie Vecchio