BFMTV

Affaire Benalla: Collomb auditionné lundi à 10 heures à l'Assemblée

Gérard Collomb

Gérard Collomb - AFP

Gérard Collomb sera auditionné lundi à 10 heures à l'Assemblée dans le cadre de l'affaire Alexandre Benalla.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sera auditionné lundi à 10 heures dans le cadre de l'affaire Benalla par la commission des Lois de l'Assemblée nationale dotée des pouvoirs d'enquête, a annoncé ce samedi sa présidente Yaël Braun-Pivet (LaREM).

L'audition, publique et retransmise, de Gérard Collomb "aura lieu lundi matin" à 10 heures, a annoncé Yaël Braun-Pivet lors de la réunion de la commission chargée de mettre au point un programme d'auditions.

Le groupe majoritaire LaREM, par la voix de Marie Guevenoux, a en outre accepté la publicité des autres auditions à venir, avec des exceptions en particulier sur les questions de "sûreté de l'État".

La commission a voté à la quasi unanimité le principe de cette publicité.

Un accord trouvé cette nuit

"La majorité lâche sur la publicité des auditions, voyant enfin combien l'opacité des travaux est nuisible. La majorité a heureusement été cadrée cette nuit", a réagi Philippe Gosselin (LR) dans un tweet.

Pour Ugo Bernalicis (LFI), "face à la pression de l'opinion publique et la pression politique des oppositions, la majorité @LaREM_AN a cédé et nous nous en félicitons".

Vendredi soir, le bureau de la commission des Lois avait échoué à se mettre d'accord sur un programme et sur le principe de publicité ou non des auditions.

Yaël Braun-Pivet avait alors décidé de convoquer la commission dans son ensemble ce samedi pour trouver un accord avant la reprise de la séance en principe à 10H30 pour poursuivre le débat des 1.470 amendements restant sur le projet de loi constitutionnelle.

Benalla licencié, trois policiers en garde à vue

Le ministre de l'Intérieur sera donc auditionné dans le cadre de l'affaire Benalla. Cet ancien collaborateur d'Emmanuel Macron a été placé en garde à vue vendredi matin à Paris dans le cadre de l'ouverture d'une enquête préliminaire après qu'il a été identifié dans une vidéo en train de frapper des manifestants lors des mobilisations du 1er mai.

Vendredi l'Elysée a annoncé qu'elle avait engagé une procédure de licenciement à son encontre.

Trois fonctionnaires de police ont également été suspendus vendredi dans le cadre de cette affaire, puis placés en garde à vue ce samedi matin. Ils sont accusés d'avoir fourni à Alexandre Benalla des images de vidéosurveillance de la Ville de Paris dans lesquelles il apparaît et auxquelles il n'était pas censé avoir accès.

M. F. avec AFP