BFMTV

L'Elysée décide de licencier Alexandre Benalla

La présidence a pris la décision de licencier Alexandre Benalla, chargé de sécurité d'Emmanuel Macron filmé en train de frapper un manifestant le 1er mai, à la suite de "faits nouveaux".

L'Elysée a engagé ce vendredi une "procédure de licenciement" à l'encontre d'Alexandre Benalla, selon des informations de l'AFP confirmées par BFMTV. Ce collaborateur d'Emmanuel Macron, chargé de la sécurité du Président, a été filmé en train de frapper un manifestant le 1er mai à Paris alors qu'il accompagnait les forces de l'ordre dans un but "d'observation" d'après le cabinet du chef de l'Etat. 

Selon un communiqué de l'Elysée, cette procédure de licenciement a été déclenchée à la suite de "faits nouveaux". La présidence déclare qu'il a été "porté à la connaissance de la Présidence de la République des faits nouveaux consécutifs d'une faute commise par Alexandre Benalla". Ces faits font l'objet d'une procédure judiciaire. 

Un document en cause

Afin de pouvoir prouver son innocence à la suite de la diffusion d'une première vidéo dans laquelle il a été identifié par Le Monde, Alexandre Benalla est accusé d'avoir reçu un document appartenant à la préfecture de police de Paris auquel il n'était pas censé avoir accès. 

En conséquence, "conformément au courrier de sanction qui lui avait été notifié le 4 mai dernier", l'Elysée annonce avoir pris la décision de licencier Alexandre Benalla. Ce dernier avait été suspendu 15 jours sans salaire et rétrogradé à des missions de sécurité internes au palais de la présidence, un "dernier avertissement" selon le porte-parole de l'Elysée Bruno Roger-Petit

L.A., avec le service politique de BFMTV