BFMTV

Régionales: Bertrand, Pécresse et Wauquiez, en route pour 2022?

Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, dimanche 20 juin 2021

Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, dimanche 20 juin 2021 - Photos AFP

Les trois présidents de région sortants étiquetés à droite pourraient voir leurs ambitions - avérées ou putatives - confortées par leurs bons scores à l'issue du premier tour en vue de 2022.

À rebours des tendances jusque-là pointées par les sondages, les listes de droite devraient - au niveau national - être celles qui ont remporté le plus de voix au premier tour des régionales. Pour les sortants identifiés à droite, il semblerait que le statut leur ait presque tous réussi, les plaçant en première position à l'issue du premier tour, à l'exception notable de Renaud Muselier en Paca, devancé d'une courte tête par le RN Thierry Mariani.

De bons scores qui redonnent des couleurs particulièrement à trois d'entre eux, candidats déclarés ou putatifs à l'élection présidentielle, arrivés largement en tête ce dimanche. Dans les Hauts-de-France, Xavier Bertrand, ex-LR, a rassemblé 44% des voix, selon notre sondage Elabe pour BFMTV avec SFR Business. En Île-de-France, Valérie Pécresse, également ex-LR, atteindrait les 36,4%, selon ce même institut de sondage. En Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez obtiendrait 43,80% des voix, selon des projections d'Ipsos pour France Télévisions, Radio France et LCP.

Tous trois sont quasi-assurés de rempiler pour un deuxième mandat à la tête de leur exécutif régional.

La droite éprouvée par le quinquennat Macron

Des scores qui peuvent rasséréner une droite éprouvée par le quinquennat d'Emmanuel Macron, qui avait débauché nombre de personnalités LR en 2017 notamment pour composer son gouvernement, et aiguiser les appétits en vue de 2022.

"Depuis un mois, tous les éditorialistes nous expliquent que LR est fracassé, déchiré entre LaREM et le RN. La réalité, c'est que nous sommes le parti qui récolte le plus de suffrages", s'est félicité sur TF1 le président de LR Christian Jacob, qui voit là "la reconnaissance du travail réalisé".

Parmi Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand, le patron des Hauts-de-France est le seul à avoir d'ores et déjà sauté le pas et annoncé sa candidature à l'Élysée. C'était en mars dernier, dans un entretien fleuve accordé au Point. L'ancien député picard avait conditionné sa participation à la présidentielle à une victoire aux régionales. Un pré-requis qui semble sur le point d'être satisfait, le sortant ayant écarté l'idée de participer à une éventuelle primaire à droite.

Pécresse veut une primaire, Wauquiez se donne du temps

Si Xavier Bertrand est sorti du bois, ce n'est pas le cas de Valérie Pécresse et de Laurent Wauquiez, dont les noms sont pourtant cités comme candidats potentiels pour un parti qui peine à faire émerger un chef de file naturel.

En avril dernier, Valérie Pécresse plaidait pour une primaire "la plus ouverte possible" à droite, mais assurait que "le temps des campagnes n'é(tait) pas encore venu". Le week-end passé, sur BFM Politique, elle soufflait le chaud et le froid et assurait encore qu'elle "ne se pos(ait) pas" la question de la présidentielle 2022.

En Auvergne-Rhone-Alpes, la confortable première place de Laurent Wauquiez va-t-elle signifier son grand retour sur la scène politique nationale? L'ex-patron du parti de la rue de Vaugirard avait démissionné après le désaveu cinglant des élections européennes de 2019. Ce dimanche, le sortant a salué un résultat dépassant "toutes les attentes". Début mai, il avait déclaré au Parisien qu'il se poserait la question de la présidentielle "à l'été".

Auprès de l'AFP, le politologue Jérôme Sainte-Marie fait cette prédiction: "Ça va être très animé à droite" où l'on "va reprendre espoir".

Clarisse Martin Journaliste BFMTV