BFMTV

Benoît Hamon fait déjà l'inventaire des ratés de sa campagne

Benoît Hamon.

Benoît Hamon. - Odd ANDERSEN / AFP

Le candidat socialiste à la présidentielle est revenu sur les difficultés de sa campagne, à quinze jours du premier tour.

Comme s’il avait déjà baissé les bras. Au micro de RTL ce lundi matin, Benoît Hamon a reconnu une campagne "pas facile". Un constat désabusé, alors que la campagne officielle s’ouvre ce lundi.

La déception du quinquennat Hollande

Interrogé sur "le spectaculaire trou d’air" qu’il connaît dans les sondages, le député des Yvelines a d’abord invoqué le "bilan" du quinquennat Hollande, "qui pèse incontestablement". "Qui ne voit pas que l’électorat de gauche est déçu? Il a été déçu par la loi Travail, par la déchéance de nationalité, par l’échec sur le chômage".

Les défections pour Macron

Benoît Hamon a ensuite mis ses difficultés sur le compte des "défections nombreuses" au sein de son parti. Une allusion au ralliements à Emmanuel Macron, qu’il n’a toutefois pas cité explicitement. Il a déploré:

"Quand tous les jours, vous avez le feuilleton de ceux qui s’en vont, ce n’est quand même pas facile à gérer. Mais ce n’est pas moi qui le gère, ce sont nos électeurs qui se disent : mais à quoi bon regarder vers ces gens s’ils sont aussi déboussolant et déboussolés? ll y a un côté poison permanent que d’organiser les défections".

  • La tentation du vote utile

L’ancien ministre de l’Education nationale a également pointé le "vote utile" comme cause de ses déboires. Une référence là-encore au candidat d’En Marche!, qui semble le plus à même d’affronter Marine Le Pen en duel, à en croire les enquêtes d’opinion.

"Moi, j’ai essayé de dire: votez pour vous", a expliqué Benoît Hamon. Une tournure au passé composé, comme s’il ne croyait plus à la perspective du second tour.

Le "talent" de Mélenchon

Questionné sur la bonne dynamique de Jean-Luc Mélenchon, qui a rassemblé des dizaines de milliers de partisans la veille à Marseille, Benoît Hamon a déclaré:

Si on élit quelqu’un pour son talent, ce talent risque vite de se fatiguer (...). J’ai toujours qu’il ne fallait pas voter pour une personne dont on suppose qu’elle concentre le génie de la nation en elle, et qu’elle serait la solution aux problèmes des Français. Parions sur l’intelligence collective et un projet.

Lui croit toujours dur comme fer que son projet est "le meilleur" pour le pays. "Je suis convaincu que ce que je dis, la nécessité de changer de développement, nos modes de production, de consommation, la nécessité de penser les mutations du travail et quelle protection sociale on veut pour les cinq, dix ou vingt ans, la nécessité de moraliser la vie publique, sur ces questions-là, il faut continuer à avancer", a-t-il estimé.

En cas de défaite, il fera "une bonne sieste"

Mais que fera Benoît Hamon si les Français ne le qualifient pas au second tour? Réponse dans un demi-sourire de l’élu des Yvelines:

"Une bonne sieste".

Avant de s’empresser de préciser: "Mais ce sera pour le 8 mai, qualifié, en pensant à la passation de pouvoir avec François Hollande".

Samedi sur le plateau de "On n’est pas couché", il s’était déjà projeté dans la perspective d’une élimination au premier tour. Alors qu’on lui demandait pour quel candidat il voterait dans ce scénario, il avait lâché:

"Je vais vous répondre franchement, Mélenchon".

G. de V.