BFMTV

Législatives: un candidat non investi par En Marche fait polémique en utilisant la photo de Macron

L'affiche de campagne de Philippe Aragon

L'affiche de campagne de Philippe Aragon - Christope Petit Tesson / POOL / AFP

Candidat dans la 15e circonscription parisienne, Philippe Aragon est accusé par En Marche d'avoir illégalement utilisé la photo d'Emmanuel Macron sur son affiche de campagne. Non investi par le mouvement du chef de l'État, il lui est reproché de tromper l'électorat. Le candidat a d'ailleurs été froidement accueilli dans un bureau de vote ce dimanche.

Depuis son élection, Emmanuel Macron et la République en Marche semblent avoir le vent en poupe dans les sondages. Un climat favorable qui a fait naître des soupçons autour de certains candidats aux législatives, accusés d’utiliser l’image du chef de l'État pour rafler le plus de voix possibles et glaner un siège à l’Assemblée nationale.

Dans la 15e circonscription de Paris (20e arrondissement), la candidature de Philippe Aragon, qui s'est attribué l'étiquette "majorité présidentielle", a semé le trouble. Et pour cause, ce membre de l'UDI, qui se déclare également adhérent d'En Marche! sur son site internet, a utilisé la photo d'Emmanuel Macron sur son affiche de campagne ainsi que sur sa profession de foi, qui s'achève elle-même par l'étrange appellation "république sociale en marche".

Affiche de campagne de Philippe Aragon
Affiche de campagne de Philippe Aragon © -
Profession de foi de Philippe Aragon
Profession de foi de Philippe Aragon © -

"Voter Aragon, c’est voter pour Emmanuel Macron", assurait sur Twitter ce candidat auto-déclaré "député du renouveau des centres et de la droite".

Un positionnement qui ne semble guère avoir convaincu les représentants du mouvement En Marche! dans le 20e arrondissement. Dans un communiqué publié sur Facebook le 8 juin, ces derniers s'adressent aux électeurs:

"La République en marche n'a investi aucun candidat et ne soutient aucun candidat dans votre circonscription. Afin de vous aider à voter de manière éclairée, nous souhaitons vous apporter quelques précisions sur la candidature de Philippe Aragon qui se proclame 'membre de la majorité présidentielle' et utilise de manière trompeuse et illégale la photo d'Emmanuel Macron sur sa profession de foi."

Le mouvement précise par ailleurs que "si chacun est libre de se proclamer 'majorité présidentielle', Philippe Aragon n'est aucunement investi par La République en marche ni 'membre' d'un groupe soutenu par notre mouvement ou notre président", le mouvement les "républicains sociaux" ne faisant "d'ailleurs pas partie de La République en marche". Et alors que Philippe Aragon assure sur son site internet avoir œuvré "pour faire élire le président de la République", En Marche! rétorque:

"Philippe Aragon n'a jamais fait partie de l'équipe d'animation d'En Marche! Paris 20 et n'a pas participé aux actions militantes de distribution de tracts pour soutenir Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle (…) Mettre la photo d'Emmanuel Macron sur sa profession est illégal et ne doit aucunement vous tromper au moment de faire votre choix". Le mouvement explique par ailleurs "avoir signalé cette profession de foi illégale aux services juridiques".

Ambiance tendue au bureau de vote

Ce dimanche, l'ambiance était tendue dans l'un des bureaux de vote de la circonscription et cette polémique était au cœur des discussions. Au point que "l'ensemble du bureau 21 de la 15e circonscription a constaté et dressé des PV pour irrégularité concernant un candidat qui se prétend investi par le parti En Marche!".

Alors qu'il effectuait un tour des bureaux de vote, Philippe Aragon a été accueilli froidement: "Je ne vous serrerai pas la main, vous êtes malhonnête", lui a lancé une personne refusant de le saluer. "Si vous n'êtes pas contente, vous n'avez qu'à vous adresser à mes avocats", lui aurait répondu le candidat.

Certains tracts du candidat présentaient sa suppléante comme une représentante d'En Marche! Une femme présente sur place raconte: "Je suis venue à 10 heures, j'ai voté pour lui en pensant qu'il était le candidat En Marche! (...) Je suis furieuse. Je me suis fait rouler. Il ne manque pas de culot. On a été victime, ça me fait mal au ventre d'avoir voté pour lui. Moi je ne vais pas récupérer mon bulletin. C'est un faussaire".

Plusieurs électeurs semblaient passablement irrités: "Il faudrait le dire que ce n'est pas le candidat d'En Marche!" s'est exclamé une votante. "On n'en a pas le droit", a répondu la présidente du bureau de vote.
-
- © -
Paul Louis avec Céline Hussonnois-Alaya