BFMTV

Législatives: des anomalies observées dans certains bureaux de vote

Des anomalies signalées dans certains bureaux de vote

Des anomalies signalées dans certains bureaux de vote - PASCAL PAVANI / AFP

Entre absence de bulletins et retard dans la distribution des professions de foi, les élections législatives sont déjà entachées de quelques dysfonctionnements.

Ce dimanche, près de 47 millions d’électeurs français sont appelés à se prononcer dans les urnes à l’occasion du premier tour des élections législatives. Mais à la mi-journée, de premières anomalies étaient déjà repérées dans certains bureaux de vote. Jean-Rémi Baudot, journaliste sur notre antenne, signale le manque de plusieurs bulletins de vote dans le bureau 50 de la 16ème circonscription de Paris où seuls 19 candidats sur 24 étaient représentés.

Même problème dans la 6ème circonscription de la capitale:

À Vincelles, village de 337 habitants de Saône-et-Loire, les bureaux de vote n’ont pas reçu suffisamment de bulletins pour certains candidats:

"Il y avait cinq candidats pour lesquels on avait entre 15 et 20 bulletins au lieu de 367. (…) On va faire la chasse dans les isoloirs aux bulletins qui sont laissés par les électeurs", a déclaré le maire Gérard Jouvenceau à RTL, tandis que la Préfecture a tenté de combler le déficit en envoyant des bulletins supplémentaires.

Pire encore, dans les bureaux de vote de Port-de-Bouc, "aucun bulletin n’était disposé sur les tables" à huit heures ce matin, indique La Provence. "La ville voisine de Martigues a dû envoyer 1000 bulletins résiduels en urgence pour que le vote puisse commencer", précise le quotidien. La sous-préfecture, qui dispose d’un stock de rechange, a également délivré des bulletins de vote aux candidats. Tous les bureaux de la ville ont finalement pu être livrés et la situation est revenue à la normale.

Retard de distribution des professions de foi

Dans la 2e circonscription de Guyane, où les électeurs étaient invités à se rendre aux urnes ce samedi, les bulletins du candidat Paul Perdsam étaient absents de plusieurs bureaux de vote. Et pour cause, le candidat initialement soutenu par la Guyane Insoumise a été lâché au dernier moment par le mouvement, raconte Guyane 1ère. Son équipe de campagne n’a donc pas déposé les bulletins en préfecture et c’est le candidat qui a dû les dispatcher seul sur le territoire.

"Mais il n’a pas pu se rendre dans plusieurs communes reculées", explique Guyane 1ère.

Vendredi, une quinzaine de départements étaient déjà affectés par des dysfonctionnements relatifs à la distribution des professions de foi. Dans le sud-est de la France notamment, des retards dans la distribution ont suscité l’inquiétude de nombreux candidats. "Il s’agit d’un problème avec un prestataire", avait indiqué une source proche du dossier à l’AFP. L'acheminement de la propagande électorale dans l'Ain, la Loire, le Rhône, la Drôme et la Haute-Savoie, assuré par le même prestataire, a ainsi rencontré des difficultés, tout comme en Saône-et-Loire et dans le Gard.

P.L