BFMTV

Législatives: Mélenchon, Le Pen, Valls, les résultats dans 25 points chauds

-

- - Ils sont rassurés: Jean-Luc Mélenchon à Marseille, Marine Le Pen à Hénin-Beaumont et Manuel Valls en Essonne arrivent en tête dans leurs circonscriptions.

CARTE - Face à la vague triomphante de la République en marche ce dimanche, avec plus de 32% des voix exprimées, de nombreuses figures politiques se retrouvent en mauvaise posture pour le second tour des législatives ou tout simplement éliminées dès le premier tour.

"Dégagisme", l’expression est utilisée à plusieurs reprises sur les plateaux de télévision depuis l’annonce des résultats du premier tour de l’élection législative, ce dimanche soir. En effet, plusieurs candidats de la République en marche, pourtant inconnus du monde la politique, ont poussé vers la sortie, dès le premier tour, des figures historiques de la gauche: Jean-Christophe Cambadélis à Paris, Benoît Hamon dans les Yvelines ou encore Mathias Fekl dans le Lot-et-Garonne. D'autres ténors de l'opposition se retrouvent en difficulté face à ces petits nouveaux pour le second tour.

Dans la carte interactive ci-dessous, nous avons représenté les 25 points chauds des élections législatives.

Si la carte ne s’affiche pas correctement, cliquez ici.

Ces personnalités en mauvaise posture

Avec plus de 32% des voix exprimées, le parti d’Emmanuel Macron met en bien mauvaise position des personnalités phares de la vie politique française, de la gauche à la droite, comme aux deux extrêmes.

A Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet (18.13%) arrive en seconde position face à Gilles Le Gendre (REM), crédité à 41.81%, dans une circonscription pourtant réputée comme imperdable par la droite. Autre circonscription clé de la capitale, celle de Myriam El Khormi: l'ancienne ministre (20.23% des voix exprimées) n'a pas réussi à dépasser Pierre-Yves Bournazel (31.76%), conseiller républicain. Les deux candidats se targuaient tous les deux d'appartenir à la "majorité présidentielle".

Dans l'Essonne, Nicolas Dupont-Aignan (29.75%), à la tête de Debout la France, pourrait bien perdre face à Antoine Pavamani de la République en marche (35.76%). Même position délicate pour François Ruffin, figure de la France insoumise, dans son fief de la Somme, avec 24.32% des votants à son actif contre 34.13% pour Nicolas Dumont, son rival de la majorité présidentielle.

En Moselle, Florian Philippot arrive en tête avec un écart d'un point face à Christophe Arend, candidat investi par Emmanuel Macron. Avec un score aussi serré, le front républicain pourrait facilement renverser ce cadre de l'extrême droite.

Emeline Gaube