BFMTV

"Y a le feu au lac!": chez LaREM, certains se préparent à une victoire du RN aux européennes

Nathalie Loiseau en meeting à Aubervilliers, le 30 mars 2019

Nathalie Loiseau en meeting à Aubervilliers, le 30 mars 2019 - Stéphane de Sakutin - AFP

À huit jours du scrutin des européennes, de plus en plus de sondages placent le parti de Marine Le Pen en tête des intentions de vote. Alors qu'Emmanuel Macron a prévu de s'impliquer davantage dans la campagne, l'inquiétude gagne les rangs de la majorité.

La cristallisation approche à grands pas. Dans les derniers baromètres des instituts Ifop et OpinionWay, le Rassemblement national confirme son avance sur La République en marche pour les élections européennes. Dans le périmètre de la marge d'erreur, certes, mais la dynamique, pour l'heure, est du côté de Marine Le Pen, qui bénéficie d'un "vote utile anti-Macron".

Chez les parlementaires LaREM, alors même que l'entourage d'Emmanuel Macron bétonne sa stratégie de fin de campagne, une forme de résignation se diffuse petit à petit. "On a une candidate qui ne décolle pas, tous les signaux sont au rouge", s'alarme un député auprès de BFMTV.com.

"C'est un désastre. J'avais alerté très tôt sur le mauvais démarrage de la campagne, avec la déclaration de candidature ratée de Nathalie Loiseau. C'est catastrophique, à une époque où les Français reprochent à l'Europe d'être trop technocratique, de nous mettre une techno en tête de liste, même si elle est très compétente", regrette l'élu LaREM. À huit jours du scrutin du 26 mai, il se dit persuadé que le RN arrivera en tête, et de loin. 

Amateurisme

Une anecdote en dit long sur le dépit éprouvé par certains membres de la majorité. En amont d'un récent meeting de la liste Renaissance, auquel est convié le Premier ministre Édouard Philippe, le député marcheur local réalise que, sur place, les affiches du RN pullulent. Il passe un coup de fil à LaREM pour obtenir des affiches, histoire de compenser. Après l'attente, l'intéressé reçoit au total... quatre affiches. "Et au format A3!", nous précise-t-il, ahuri. 

"On essaie de faire campagne, mais on ne nous donne pas de munitions! Je n'ai jamais vu ça", soupire cet élu de terrain. Rodées aux bonnes vieilles méthodes militantes, les petites mains du RN et de La France insoumise savent recouvrir les panneaux et les façades.

"Nous, à côté, on placarde des affiches blanches où on parle de taxer les Gafa et de mettre fin au glyphosate, ça ne peut pas marcher. Y a le feu au lac! Et à Paris, on n'a même pas demandé aux députés de faire un tour de France pour la campagne! Tout repose sur un seul homme: le président."

"Le RN est favori depuis longtemps"

D'autres marcheurs n'entendent pas se laisser abattre. "Si on commence à se résigner, ça ne va pas le faire. On peut redouter d'arriver derrière le RN, mais je ne m'y résous pas", clame le patron du groupe LaREM au Sénat, François Patriat.

"En revanche, si on est deuxième, on n'a pas vu la fin des gilets jaunes", prévient-il.

"Il y a beaucoup de volatilité dans le vote. On sait que le RN est le grand favori depuis longtemps et qu'il y a un risque qu'il arrive en tête du scrutin. C'est pour ça qu'on met toutes nos forces dans la dernière ligne droite. Ce n'est pas gagné, mais si on mobilise notre électorat, on peut y arriver", positive la députée de l'Essonne Marie Guévenoux. Selon elle, les résignés "feraient mieux de faire campagne".

Plus inquiet, son collègue girondin Benoît Simian juge "légitime qu'à ce stade, le président de la République et le Premier ministre interviennent directement, chacun dans son registre". 

"Rien n'est joué"

"Ça va aller, on a une super tête de liste", entame un pilier de la majorité, avant d'ajouter, en riant: "Non, je déconne." Petite pause. On redevient sérieux. "Loiseau ne fait pas rêver les foules, c'est un handicap qu'on ne peut pas nier. Et puis ça fait deux ans qu'on est au pouvoir", constate ce parlementaire, qui récuse néanmoins toute "frilosité" au sein du groupe à l'Assemblée nationale. 

Un proche d'Emmanuel Macron n'est pas convaincu que la stagnation de LaREM dans les sondages découle des maladresses de l'ex-ministre des Affaires européennes

"Toute la petite musique sur Loiseau, c'est un prétexte. On aurait mis un chapeau de paille avec du rouge à lèvres en tête de liste, c'aurait été pareil. Mieux vaut une candidate pas bonne en campagne qui fera du bon boulot au Parlement européen, que l'inverse."

Pour le député de l'Eure Bruno Questel, "rien n'est joué, on n'est pas à cinq points d'écart".

"Le sondage, c'est un instantané, pas davantage. À la veille du scrutin, j'irai dans mon ancienne mairie pour voir le nombre de procurations. Ça, c'est un vrai sondage."
Jules Pecnard