BFMTV

Confiance: Macron décroche dans les classes populaires

Emmanuel Macron et Edouard Philippe à l'Elysée le 18 mai 2017

Emmanuel Macron et Edouard Philippe à l'Elysée le 18 mai 2017 - PHILIPPE WOJAZER, POOL/AFP/Archives

La cote de popularité d'Emmanuel Macron recule de quatre points, avec 38% d'opinions positives. Le président de la République décroche notamment chez les ouvriers et les agriculteurs.

La tendance amorcée en janvier se confirme: les cotes de popularité d'Emmanuel Macron (-4) et d'Édouard Philippe (-3) sont en forte baisse en février et une nette majorité de Français déclare ne pas leur faire confiance pour affronter les problèmes du pays, selon un sondage Elabe diffusé jeudi.

Avec 38% d'opinions positives, le chef de l’État s'approche de son plus bas niveau enregistré en septembre (37%) dans ce baromètre. 56% (+6) des personnes interrogées ne lui font "pas confiance".

Emmanuel Macron se situe désormais au même niveau de confiance que son prédécesseur François Hollande huit mois après le début de leurs mandats, selon cette enquête pour Les Échos et Radio Classique.

"Les Français lui reprochent de faire trop de communication et de ne pas avoir assez de résultats", explique aux Échos Bernard Sananès, président d'Elabe.

Décrochage dans les milieux populaires

La baisse de popularité d'Emmanuel Macron est particulièrement notable chez les Français les plus modestes: le chef de l'Etat perd 9 points chez les ouvriers, avec seulement 20% d'opinions favorables. Celui que l'opposition taxe régulièrement de "président des riches" peine dans la France "périphérique", et encaisse une chute de 7 points (33% d'opinions favorables) dans les communes de moins de 20.000 habitants. De même, le président de la République perd pied dans le monde rural, où sa popularité chute de 9 points, avec 30% d'opinions favorables.

S'il s'ingénie à mettre en scène le retour de la France sur la scène internationale, il semble qu'Emmanuel Macron souffre d'un manque de proximité avec les Français, insensibles à la communication gouvernementale quant à la hausse de leur pouvoir d'achat. L'hôte de l'Élysée ne parvient pas à briser son image de président d'une "France qui gagne". 

Philippe également en baisse

Avec 34% d'opinions favorables, Édouard Philippe voit également sa cote dégringoler en un mois pour s'approcher de son plus bas de la rentrée de septembre (32%). 54% (+6) des Français interrogés ne lui font pas confiance à la tête du gouvernement et 12% (-3) sont sans opinion.

En baisse de 5 points en deux mois, le chef du gouvernement se situe lui aussi au même niveau de confiance que Jean-Marc Ayrault, alors à Matignon, huit mois après la présidentielle de 2012.

Méthodologie: Enquête réalisée en ligne les 30 et 31 janvier auprès de 1.000 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

Louis Nadau avec AFP