BFMTV
Terrorisme

Attentats de Paris: les députés au Bataclan

Le Bataclan est actuellement en rénovation.

Le Bataclan est actuellement en rénovation. - François Guillot - AFP

Les membres de la commission d'enquête sur les attaques de Paris se rend ce jeudi matin au Bataclan, où 87 personnes avaient trouvé la mort le soir du 13 novembre. Ils doivent se faire expliquer l'organisation des secours et des forces de l'ordre.

Une salle qui porte encore les stigmates de cette terrible nuit du 13 novembre 2015. Les membres de la commission d'enquête parlementaire sur les attentats de Paris vont se rendre ce jeudi matin à 9h30 au Bataclan, où 87 personnes avaient trouvé la mort au cours de la prise d'otages perpétrée par des terroristes, le 13 novembre dernier. Il s'agira d'examiner l'organisation des secours et des forces de l'ordre lors de cette fameuse nuit.

Ce déplacement n'a pas pour but de reproduire le scénario exact de ce qu'il s'est produit entre l'entrée des terroristes dans la salle de spectacle du XIe arrondissement parisien et l'assaut mené par les forces de l'ordre. Pas de figurants pour jouer les victimes, pas d'armes factices... cette matinée sera consacrée à l'intervention des autorités.

"C’est honteux, cette simili reconstitution met en danger le travail des juges d’instruction, a réagi avec virulence Me Jean Reinhart, avocat de plusieurs familles de victimes, cité par Le Parisien. "C’est à la justice et à elle seule de prendre ce genre d’initiative", déplore l'avocat, dont le neveu a été tué par les terroristes qui dénonce "un manque de respect". 

Des critiques devant la commission

Les parlementaires de la commission d'enquête présidée par le député LR du Rhône, Georges Fenech seront accompagnés par un membre de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI), qui avait donné l'assaut face aux terroristes, Omar Mostefaï, Samy Animour et Foued Mohamed-Aggad et un représentant des secours qui avaient participé aux opérations pour venir en aide aux blessés. 

Tout sera alors passé au crible dans la salle du Bataclan, désormais en travaux, de manière chronologique: de l'alerte donnée aux forces de l'ordre, l'arrivée des premières unités, le renfort des membres de la BRI avec en parallèle l'intervention des pompiers, du SAMU ou des secouristes jusqu'à l'assaut final. 

Devant la commission de parlementaires, des victimes du Bataclan ont pointé du doigt des dysfonctionnements. Elles dénoncent notamment le fait que les forces de l'ordre ne disposaient pas du plan de la salle, les deux heures d'attente interminables entre le début de la prise d'otages et l'intervention de la BRI ou encore l'absence de protection policière alors que des menaces étaient connues.

Justine Chevalier avec Cécile Ollivier