BFMTV
Dossier

Attentats Paris du 13 novembre

A Paris, l'horreur des attentats. "Carnage" et "scènes de guerre" : au moins 128 personnes ont été tuées et près de 300 blessées, dont 80 gravement, vendredi 13 novembre 2015 dans une série d'attaques terroristes sans précédent à Paris et près du Stade de France, avec pour la première fois en France des actions kamikazes.

Le parquet de Paris a livré ce lundi son ordonnance de mise en accusation dans le dossier des attentats franciliens du 13 novembre 2015. Il renvoie 20 personnes devant les assises.

13-Novembre: l'hommage devant le Bataclan où 90 personnes ont été assassinées.

13-Novembre: l'hommage devant le Bataclan où 90 personnes ont été assassinées.

Trois ans après, un hommage national est rendu mardi aux victimes des attaques du 13 novembre 2015 avec un cortège qui reliera les six lieux des attentats jihadistes les plus meurtriers commis en France, de Saint-Denis à Paris. Ce soir-là, neuf hommes avaient mené une série d'attaques aux abords du Stade de France de Saint-Denis et dans la capitale, à des terrasses de restaurants et dans la salle de concerts du Bataclan, faisant 130 morts et plus de 350 blessés.

13-Novembre: l'hommage aux victimes, rue de Charonne (11e)

13-Novembre: l'hommage aux victimes, rue de Charonne (11e)

Trois ans après, un hommage national est rendu mardi aux victimes des attaques du 13 novembre 2015 avec un cortège qui reliera les six lieux des attentats jihadistes les plus meurtriers commis en France, de Saint-Denis à Paris. Ce soir-là, neuf hommes avaient mené une série d'attaques aux abords du Stade de France de Saint-Denis et dans la capitale, à des terrasses de restaurants et dans la salle de concerts du Bataclan, faisant 130 morts et plus de 350 blessés.

13-Novembre: l'hommage aux victimes devant le Comptoir Voltaire (11e)

13-Novembre: l'hommage aux victimes devant le Comptoir Voltaire (11e)

Trois ans après, un hommage national est rendu mardi aux victimes des attaques du 13 novembre 2015 avec un cortège qui reliera les six lieux des attentats jihadistes les plus meurtriers commis en France, de Saint-Denis à Paris. Ce soir-là, neuf hommes avaient mené une série d'attaques aux abords du Stade de France de Saint-Denis et dans la capitale, à des terrasses de restaurants et dans la salle de concerts du Bataclan, faisant 130 morts et plus de 350 blessés.

13-Novembre: l'hommage au Stade de France

13-Novembre: l'hommage au Stade de France

Trois ans après, un hommage national est rendu mardi aux victimes des attaques du 13 novembre 2015 avec un cortège qui reliera les six lieux des attentats jihadistes les plus meurtriers commis en France, de Saint-Denis à Paris. Ce soir-là, neuf hommes avaient mené une série d'attaques aux abords du Stade de France de Saint-Denis et dans la capitale, à des terrasses de restaurants et dans la salle de concerts du Bataclan, faisant 130 morts et plus de 350 blessés.

13-Novembre: l'hommage aux victimes, au croisement des rues Bichat et Alibert (10e)

13-Novembre: l'hommage aux victimes, au croisement des rues Bichat et Alibert (10e)

Trois ans après, un hommage national est rendu mardi aux victimes des attaques du 13 novembre 2015 avec un cortège qui reliera les six lieux des attentats jihadistes les plus meurtriers commis en France, de Saint-Denis à Paris. Ce soir-là, neuf hommes avaient mené une série d'attaques aux abords du Stade de France de Saint-Denis et dans la capitale, à des terrasses de restaurants et dans la salle de concerts du Bataclan, faisant 130 morts et plus de 350 blessés.

13-Novembre: l'hommage aux victimes, rue de la Fontaine au Roi (11e)

13-Novembre: l'hommage aux victimes, rue de la Fontaine au Roi (11e)

Trois ans après, un hommage national est rendu mardi aux victimes des attaques du 13 novembre 2015 avec un cortège qui reliera les six lieux des attentats jihadistes les plus meurtriers commis en France, de Saint-Denis à Paris. Ce soir-là, neuf hommes avaient mené une série d'attaques aux abords du Stade de France de Saint-Denis et dans la capitale, à des terrasses de restaurants et dans la salle de concerts du Bataclan, faisant 130 morts et plus de 350 blessés.

Salah Abdeslam, l’homme qui détient les secrets des attentats du 13-Novembre

Salah Abdeslam, l’homme qui détient les secrets des attentats du 13-Novembre

Le premier procès de Salah Abdeslam s’ouvre ce lundi à Bruxelles. L’unique survivant des commandos jihadistes des attentats du 13-Novembre comparait pour une fusillade avec des policiers en mars 2016, pendant sa cavale. Le Français de 28 ans est soupçonné d’être l’homme clef dans la logistique des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Incarcéré depuis avril 2016 dans la prison de Fleury-Mérogis, il est pour l’instant resté muet. Jugé à Bruxelles, il risque 40 ans de prison. Un deuxième procès aura lieu en France, pour les attentats du 13 novembre. Salah Abdeslam risque la réclusion criminelle à perpétuité.

Procès de Jawad Bendaoud: l'épouse d'une victime de l'attentat du Bataclan espère de "la sévérité"

Procès de Jawad Bendaoud: l'épouse d'une victime de l'attentat du Bataclan espère de "la sévérité"

Jawad Bendaoud, le "logeur" de deux jihadistes du 13-Novembre, est jugé à partir de ce mercredi après-midi devant le tribunal correctionnel de Paris. Aurore Bonnet, épouse d'une victime de l'attentat du Bataclan, a expliqué les raisons de sa présence au procès. "Je suis là parce que je pense que c'est important, que cette première étape a été rapide contrairement à ce qu'on pourrait penser", a-t-elle déclaré à la presse. Elle a ajouté que les familles des victimes souffraient depuis deux ans et que les personnes responsables devaient assumer.

Berlin: un terroriste du Bataclan dans une exposition célébrant les martyrs

Berlin: un terroriste du Bataclan dans une exposition célébrant les martyrs

L'un des terroristes du 13-Novembre parmi des figures de martyrs. Le portrait d'un des auteurs de l'attentat du Bataclan en 2015 apparaît dans une exposition de photos à Berlin, aux côtés de Jeanne d’Arc, Socrate ou encore Martin Luther King. Cette exposition de deux artistes danois, inaugurée fin novembre dans la capitale allemande à La Maison des artistes de Béthanie, met à l'honneur des personnes "mortes pour leurs convictions". Un choix condamné notamment par l’ambassade de France en Allemagne.