BFMTV

Attentat à Nice: les derniers éléments de l'enquête sur Mohamed Lahouaiej Boulhel

Trois jours après l'attaque sur la promenade des Anglais, l'enquête tend à démontrer une radicalisation express du conducteur du camion qui a tué 84 personnes. Les investigations se poursuivent avec de nouvelles interpellations.

Mohamed Lahouaiej Bouhlel serait l'un des soldats de l'Etat islamique. Un peu plus de 24 heures après le terrible attentat qui a frappé Nice, l'organisation terroriste a revendiqué, par le biais de son agence de communication Amaq, l'attaque qui a fait au mois 84 morts - et que 121 personnes restent encore hospitalisées - sur la promenade des Anglais. Si certain évoque le caractère opportuniste de cette revendication, des proches du terroriste mettent en avant un changement de comportement très récent.

> Six personnes de l'entourage du tueur en garde à vue

Six personnes se trouvent toujours en garde à vue dans l'enquête sur l'attentat. Deux personnes, un homme et une femme, ont été interpellées dimanche matin, comme le révélait BFMTV. Ce couple d'Albanais fait partie de l'entourage du tueur. L'homme a été transféré dimanche soir dans les locaux de l'antiterrorisme à Levallois-Perret, comme deux autres individus, dont l'un d'une vingtaine d'années. Les trois autres gardés à vue se trouvent toujours à Nice. Parmi eux, un homme de 37 ans cité dans l'un des SMS du tueur.

Une garde à vue a été levée dans la nuit de dimanche à lundi. L'ex-femme de Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait elle été libérée dans la journée de dimanche.

Ces auditions résultent notamment de l'analyse du téléphone portable du terroriste retrouvé dans la cabine du poids-lourd. Face aux enquêteurs, l'un des gardés à vue a appris aux enquêteurs que Mohamed Lahouaiej Bouhlel s'était radicalisé que très récemment. Des propos confirmés par les centaines de témoins déjà entendus qui évoquent la religiosité du tueur.

> Plusieurs SMS envoyés juste avant la tuerie

L'exploitation du téléphone portable de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, retrouvé dans la cabine du camion, a révélé que le tueur a envoyé plusieurs SMS juste avant de se lancer dans son périple meurtrier sur la promenade des Anglais. Dans l'un des message, transmis à 22h27, le terroriste écrit "Amène plus d'armes". Au moins l'un des gardés à vue qui se trouvent actuellement dans les locaux de la police judiciaire de Nice a été le destinataire de ces textos.

Dans la cabine du poids-lourd blanc, un pistolet de calibre 7.65 mm, un chargeur du même calibre ainsi que des cartouches percutées et des cartouches non percutées, ont été découverts. Un pistolet factice, ainsi que deux répliques de fusils d'assaut, une grenade percée et un téléphone ont également été retrouvés.

> Une radicalisation express

La radicalisation du terroriste intrigue policiers et spécialistes du terrorisme. Comment de musulman peu pratiquant Mohamed Lahouaiej Boulhel a pu tomber dans l'islam radical? Le terroriste est décrit par ses proches comme un homme aimant les femmes, dansant la salsa, buvant de l'alcool et mangeant du porc. "C’est quelqu'un qui ne parlait pas, à personne, qui sentait l’alcool en plein ramadan, raconte une voisine à BFMTV. Je ne vois rien de religieux là-dedans."

Agé de 31 ans et père de trois enfants, le Tunisien, installé en France depuis une dizaine d'années, semblait mal vivre sa séparation avec son ex-femme. Une seule condamnation apparaît sur son casier judiciaire pour des violences lors d'une altercation avec un automobiliste. Il n'était pas dans le giron des services de renseignements, ni fiché S.

Selon l'un de ses proches, son discours avait changé depuis une quinzaine de jours. Il avait arrêté de boire et se laissait pousser la barbe. La tuerie de masse perpétrée jeudi soir à la fin du feu d'artifice du 14-Juillet à Nice est "un attentat d'un type nouveau", commis par des personnes qui s'engagent "sans nécessairement avoir participé aux combats, sans nécessairement avoir été entraînées", a prévenu Bernard Cazeneuve.

> Une action préparée en amont

Le caractère de la préméditation ne semble plus faire de doute. Mohamed Lahouaiej Bouhlel a réservé le camion qui a servi à commettre l'attentat dès le 4 juillet, puis est venu le récupérer le 11 juillet dans une société basée à Saint-Laurent-du-Var. Chauffeur-livreur depuis un an, il possédait le permis poids-lourd.

L'analyse des images des caméras de vidéosurveillance installée dans la ville montre que le terroriste a réalisé plusieurs repérages avec le camion sur la promenade des Anglais, une première fois le 12 juillet puis le 13 juillet, l'avant-veille et la veille de la tuerie. Surtout, le terroriste a envoyé juste avant l'attentat le fameux SMS dans lequel il réclame "plus d'armes".

Le procureur de la République de Paris, François Molins, avait précisé que la camion a ensuite été stationné à partir du 13 juillet dans le quartier Auriol, à l'est de Nice. Arrivé à vélo, Mohamed Lahouaiej Bouhlel était ensuite venu le récupérer le 14 juillet. Une source proche de l'enquête a également affirmé au Journal du Dimanche, que le terroriste avait "vidé ses comptes" en banque juste avant l'attaque et vendu des biens personnels, comme sa voiture.

J.C.