BFMTV

Arrestation de Salah Abdeslam: ce qu'il faut retenir en 5 questions

Les images de l'arrestation de Salah Abdeslam, ce vendredi, à Molenbeek.

Les images de l'arrestation de Salah Abdeslam, ce vendredi, à Molenbeek. - RTL Begique - AFP

Le "suspect numéro un" des attentats les plus meurtriers de l'histoire de France a été appréhendé, ce vendredi, alors qu'il se terrait au cœur de la commune populaire bruxelloise de Molenbeek. Le point sur son arrestation en cinq questions.

La cavale de l'homme le plus recherché d'Europe a pris fin ce vendredi. Pendant quatre mois, ce suspect-clé des attentats du 13 novembre, qui ont fait 130 morts et plusieurs centaines de blessés, Salah Abdeslam a nargué les services antiterroristes du Vieux Continent. Lors des opérations de menées en Belgique, quatre autres personnes ont également été interpellées. Tout ce qu'il faut retenir sur cette journée qui a mené à l'arrestation de Salah Abdeslam.

Pourquoi l'enquête s'est accélérée cette semaine?

Les enquêteurs, qui menaient une perquisition de routine mardi à Forest, une commune bruxelloise mitoyenne de celle de Molenbeek, ne s'attendaient pas à cette découverte majeure. Ils voulaient vérifier si deux frères liés au grand banditisme, dont le nom est apparu dans l'enquête sur les caches ayant servi aux auteurs des attaques du 13 novembre, étaient passés par cet appartement. Ce sont les empreintes digitales du suspect-clé des attentats qu'ils vont découvrir, sur un verre, dans un appartement qui servait vraisemblablement de planque à une cellule jihadiste liée à Daesh.

Au cours de cette perquisition, qui a dégénéré en fusillade à l'arme lourde, Mohamed Belkaïd, qui se cachait "plus que vraisemblablement" selon le parquet fédéral belge sous la fausse identité de Samir Bouzid, l'un des suspects recherchés dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, a été tué. Au moins deux hommes ont pris la fuite par les toits.

Qui sont les autres suspects arrêtés ? 

Quatre autres personnes ont été arrêtées au cours de cette journée d'opérations menées à Bruxelles. A la même adresse que Salah Abdeslam, rue des quatre vents à Molenbeek, "le soi-disant Monir Ahmed Alaaj, alias Amine Choukri, a été appréhendé", a précisé le parquet fédéral belge. Cet homme sur lequel s'est attardé le porte-parole du parquet au cours d'une conférence de presse avait déjà été contrôlé en compagnie de Salah Abdeslam le 3 octobre à Ulm en Allemagne. A l'occasion d'un contrôle, ses empreintes avaient été relevées. Ses empreintes sont également apparues "dans la maison utilisée par le groupe terroriste à Auvelais", a précisé le parquet. La police belge avait identifié ce logement ainsi que deux autres à Schaerbeek et Charleroi comme ayant été utilisés par les terroristes. 

  • Le parquet fédéral a également indiqué vendredi que "Abid A., Sihane A. et Djemila M" "tous membres de la famille qui hébergeait Salah" ont été arrêtées. 

Comment Abdeslam a-t-il été arrêté?

Selon nos informations, c'est un simple tuyau qui a permis aux enquêteurs de retrouver la trace de Salah Abdeslam, qui se terrait depuis deux jours dans une maison de deux étages, nichée au cœur de Molenbeek, cette commune populaire bruxelloise d'où il était originaire.

  • Après les sommations d'usage, l'assaut a été donné par la police ce vendredi. Un homme "jeune, de de petite taille à casquette, s'est enfui (...) Il a été touché par la police et emmené en ambulance", a décrit un élu local de Molenbeek, sous couvert d'anonymat, à l'AFP. Son identité a été un peu plus tard grâce à ses empreintes digitales. Deux autres suspects ont été arrêtés. 

Quel est son rôle présumé dans les attentats de novembre?

Lieutenant, logisticien, kamikaze raté? A ce jour, le rôle exact qu'il devait jouer le soir du 13 novembre reste un mystère. Il serait le dixième homme des commandos qui ont ensanglanté la capitale. C'est Salah Abdeslam qui aurait convoyé trois kamikazes aux abords du Stade de France, avant de garer son véhicule, une clio noire louée à son nom, dans le 18e arrondissement de Paris - mentionné par Daesh dans son tract de revendication. Il se rend ensuite en transports en commun à Montrouge, dans la banlieue sud de Paris, où un gilet explosif sera retrouvé le 13 novembre. Les enquêteurs s'interrogent: a-t-il renoncé à déclencher sa ceinture? A-t-il connu un problème "technique"? C'est ce que son audition, qui peut durer six jours dans le cadre d'une enquête antiterroriste en Belgique, a devoir établir.

Salah Abdeslam va-t-il être remis à la justice française?

Quelques heures à peine après l'arrestation de Salah Abdeslam, le nom de son avocat a été révélé par les médias belges. "Sven Mary sera bien l'avocat de Salah Abdeslam", a indiqué la RTBF. Samia Maktouf, l'une des avocates des victimes du 13 novembre, a aussitôt fait savoir qu'elle allait demander "immédiatement son extradition".

  • "Je pense qu'un mandat d'arrêt européen sera émis" a de son côté estimé Xavier Autain, le coordinateur des avocats des familles des victimes, sur notre antenne. "C'est une procédure beaucoup plus simple et plus rapide que l'extradition. Avant les gens restaient de longues durées en prison et les procédures restaient bloquées. Ce n'est pas le cas avec le mandat d'arrêt européen", a-t-il expliqué à BFMTV.

La décision de remettre ou non Salah Abdeslam à la justice française devrait être prise dans les prochains jours par Bruxelles.

Caroline Piquet avec AFP