BFMTV

Fusillade à Forest, ADN d'Abdeslam: les 6 informations à connaître

Plusieurs policiers ont été blessés dans une fusillade alors qu'ils menaient une perquisition en lien avec les attentats du 13 novembre.

Plusieurs policiers ont été blessés dans une fusillade alors qu'ils menaient une perquisition en lien avec les attentats du 13 novembre. - Dirk Waem - Belga - AFP

La traque se poursuit à Bruxelles pour retrouver deux suspects de l'attaque menée contre des policiers français et belges, mardi à Forest. Vendredi, l'enquête a connu un rebondissement inattendu alors que l'empreinte digitale de Salah Abdeslam, mis en cause dans les attaques du 13 novembre en France, ont été retrouvées dans l'appartement perquisitionné. Le point sur la situation.

MISE A JOUR LE 18 MARS 2016: l'empreinte de Salah Abdeslam a été retrouvée dans l’appartement perquisitionné mardi à Forest.

Qui étaient les hommes qui ont attaqué plusieurs policiers mardi, à Forest? Et Salah Abdeslam était-il l'un d'entre eux? Dans la journée, alors qu'ils s'apprêtent à perquisitionner un appartement qu'ils pensent inoccupé, des policiers belges et français essuient des tirs d'armes lourdes. Un suspect est abattu et deux autres sont en fuite.

>> Qui est Belkaïd Mohamed, le suspect abattu ?

Belkaïd Mohamed est un citoyen algérien de 35 ans, résidant clandestinement sur le sol belge. Selon les premières informations divulguées par les enquêteurs, il a été abattu par un tireur d'élite alors qu'il s'apprêtait à ouvrir le feu sur les policiers venus fouiller l'appartement. Il n'était connu des services belges que pour un simple vol commis en 2014.

>> L'empreinte d'Abdeslam retrouvée dans l'appartement

Des empreintes de Salah Abdeslam et des traces ADN ont été retrouvées dans l'appartement perquisitionné, sur un verre, a-t-on appris vendredi. On ignore toutefois si l'homme, recherché dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, était présent au moment de l'assaut de mardi.

>> Deux suspects sont toujours en fuite

Mohamed mort, les policiers recherchent toujours deux individus dont l'un au moins est un homme. Ils ont été aperçus en train de prendre la fuite par les toits de l'immeuble où s'est déroulée la fusillade. Ils sont fortement soupçonnés d'être les auteurs des coups de feu qui ont blessé quatre policiers.

Pour l'un d'eux, le parquet belge a émis un avis de recherche accompagné d'un portrait-robot. Dans son appel à témoins, la police belge précise que l'individu est considéré comme "armé et extrêmement dangereux".

-
- © -

>> Les intentions terroristes des suspects ne font plus de doute

Dans l'appartement investi par les forces de l'ordre, les enquêteurs ont mis la main sur un drapeau de l'Etat islamique, un "livre sur le salafisme" et de nombreuses munitions. "Onze chargeurs de kalachnikov" ont également été retrouvés dans l'appartement. En revanche, les forces de l'ordre n'ont détecté aucune présence d'explosifs sur les lieux de la fusillade.

>> Le loueur de l'appartement connaissait Abaaoud

Présentée comme une commune de Bruxelles sans histoires, Forest abritait pourtant une cellule terroriste. L'homme qui louait l'appartement, un belgo-marocain de 27 ans, est le même que celui qui louait l'appartement de Charleroi où avaient été découvertes les empreintes d'Abdelhamid Abaaoud, l'un des terroristes du 13 novembre.

A Charleroi avaient également été retrouvées les empreintes de Bilal Hadfi, qui s'est fait sauter au Stade de France, et de Chakib Akrouh, qui a déclenché sa ceinture lors de l'assaut du raid à Saint-Denis.

>> Deux suspects ont été mis hors de cause

Deux hommes, arrêtés dans la journée de mardi, ont été libérés en fin de journée mercredi. Le premier avait été interpellé alors que la police perquisitionnait son domicile dans la banlieue de Bruxelles. Il n'avait finalement aucun lien avec une entreprise terroriste.

Le second avait été arrêté à l'hôpital où il venait faire soigner une jambe cassée. Les policier l'avait interpellé car l'ami qui l'avait déposé avait pris la fuite en voyant les uniformes des policiers. Ils ont été finalement tous les deux mis hors de cause par l'enquête.

Paul Aveline