BFMTV

Fusillade de Forest: le suspect abattu était inconnu du renseignement

Le suspect tué mardi soir a été identifié comme Mohamed Belkaid, un Algérien né le 9 juillet 1980. Il était en séjour illégal en Belgique mais n'était connu des autorités judiciaires que pour un "vol simple" commis en 2014.

"Il ne s'agit pas de Salah Abdeslam." Mardi soir, à l'annonce de la mort d'un des suspects impliqués dans la fusillade de Forest, en Belgique, les autorités belges avaient précisé immédiatement qu'il ne s'agissait pas de l'homme le plus recherché d'Europe. Mercredi, le parquet fédéral belge a donné son identité: il s'agit de Mohamed Belkaid, un Algérien né le 9 juillet 1980.

L'homme était en séjour illégal en Belgique mais n'était connu des autorités judiciaires que pour un "vol simple" commis en 2014. Il a été "neutralisé" par un tireur d'élite des unités spéciales depuis l'extérieur de l'appartement visé par la perquisition qui a mal tourné.

"Très près du cœur du réacteur"

Dès mardi soir, le consultant police-justice de BFMTV, Dominique Rizet, avait la certitude que l"'on est vraiment très près du cœur du réacteur".

"Ce sont des hommes qui font partie clairement de l’organisation des attentats de Paris, pas des petites mains", détaille-t-il. "Des gens qui n’hésitent pas, quand la police se présente pour une simple perquisition, à prendre les armes, et ouvrir le feu, alors qu'ils pourraient se rendre."

La perquisition de ce mardi, dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 13 novembre, était pourtant considérée comme "froide", c'est-à-dire ne présentant pas de danger imminent.

Une perquisition "froide"

L'appartement était censé être vide. Dès leur arrivée, les policiers ont été accueillis par des tirs à l'arme de guerre. Une Kalachnikov a notamment été retrouvée dans la main du suspect abattu. Selon Dominique Rizet, les enquêteurs soupçonnaient que cette planque accueillait la "cellule faux papiers" des attaques de Paris.

D'après nos informations, un homme était visé. Le locataire de l'appartement perquisitionné rue du Driès à Fourest avait déjà loué, sous un faux nom, un appartement considéré comme "conspiratif", que les terroristes du 13 novembre avaient utilisé. Cet appartement se trouvait à Charleroi, à une soixantaine de kilomètres de Bruxelles. Des traces ADN de Bilal Hadfi, kamikaze du Stade de France, et d'Abdelhamid Abaaoud, l'organisateur des attentats, y avaient été découvertes.

Pour les enquêteurs, cet homme est donc directement lié aux terroristes du 13 novembre. Ils considèrent que le locataire a au moins participé à la préparation logistique des attaques de Paris.

J.C. avec Cécile Ollivier