BFMTV

Suspense autour du jugement dans le procès Fillon

L'ancien Premier ministre François Fillon et son épouse Pénélope Fillon arrivent au tribunal de Paris, le 10 mars 2020.

L'ancien Premier ministre François Fillon et son épouse Pénélope Fillon arrivent au tribunal de Paris, le 10 mars 2020. - Thomas SAMSON © 2019 AFP

Le tribunal correctionnel de Paris doit rendre ce lundi son jugement dans le procès Fillon. La défense du couple a toutefois déposé une demande de réouverture du procès pour étudier les éventuelles "pressions" exercées sur la justice.

Fin du premier round judiciaire ou reprise du débat? Dès 2017, et le début de l'affaire Fillon, l'ancien Premier ministre n'avait cessé de dénoncer "une enquête à charge" à quelques semaines de l'élection présidentielle. Un argument de défense que François Fillon avait repris devant la justice lors de son procès en février et mars dernier estimant que cette "enquête à charge restera dans les arguments", et qui selon lui nécessite aujourd'hui la réouverture des débats.

Ce lundi 29 juin, le tribunal correctionnel de Paris doit rendre son jugement dans ce dossier de soupçons d'emplois fictifs. Mais la justice devra d'abord statuer sur la demande de la défense de Penelope et François Fillon qui réclame la réouverture du procès après les déclarations au début du mois de juin de l'ancienne procureure du parquet national financier (PNF) qui a évoqué des "pressions" lors de cette enquête. Le clan Fillon espère que la présidente de la 32e chambre correctionnelle attende l'avis du conseil syndical de la magistrature, à qui le président de la République a réclamé une enquête, et la fin de la commission d'enquête parlementaire sur l'indépendance de la justice, pour statuer sur ce dossier.

"Quelque chose de biaisé"

L'affaire Fillon a en effet rebondi avec l'audition d'Eliane Houlette. L'ancienne procureure du parquet national financier revient sur cette enquête lancée en janvier 2017 en pleine campagne présidentielle. Elle décrit alors les demandes incessantes et pressantes du parquet général, son autorité hiérarchique, pour avoir des remontées d'informations sur le dossier. La magistrate évoque également des "pressions" concernant la voie procédurale à adopter, et l'empressement du parquet général à vouloir qu'un juge d'instruction soit nommé. C'est dans le cadre de cette information judiciaire que François Fillon a été mis en examen en mars 2017.

Ce n'est pas une surprise, c'est quelque chose qu'on subodorait", a réagi sur BFMTV Me Antonin Levy, l’avocat de François Fillon. "On sent que depuis le début il y a quelque chose de biaisé, de pourri dans ces investigations.

Au cours des débats, le couple Fillon est resté sur la même ligne de défense. François Fillon, soupçonné d'avoir embauché son épouse comme assistante parlementaire, emploi présumé fictif, estime avoir apporté les preuves de la véracité des tâches effectuées par sa femme pendant 20 ans. Penelope Fillon est apparue elle bien fragile à la barre lorsqu'il a fallu détailler ce travail. "C'est vrai qu'il n'y a pas beaucoup de preuves concrètes de ce que je faisais", avait d'ailleurs fini par lâcher Penelope Fillon, après cinq heures de débats. Un emploi qui lui a rapporté 613.000 euros entre 1998 et 2013.

"Sentiment d'impunité

Pointant un "profond sentiment d'impunité" et dénonçant le "cynisme" de François Fillon qui a fait de la probité "sa marque de fabrique", le parquet national financier qui a requis, en mars dernier, une lourde condamnation pour l'ancien Premier ministre. Au terme de ce procès, le PNF a réclamé cinq ans de prison, dont deux ferme, 375.000 euros d'amende et dix ans d'inéligibilité. Trois ans avec sursis et 375.000 euros d'amende ont été requis contre son épouse. Et deux ans avec sursis et 20.000 euros d'amende contre Marc Joulaud, maire sortant de Sablé-sur-Sarthe, et ancien suppléant de François Fillon à l'Assemblée.

Si la présidente de la 32e chambre du tribunal correctionnel de Paris accède à la demande du clan Fillon, le nouveau jugement pourrait être rendu dans plusieurs mois. Si elle refuse, sa décision sera rendue ce lundi parès-midi. Les époux Fillon auront alors la possibilité de faire appel.

https://twitter.com/justinecj Justine Chevalier Journaliste police-justice BFMTV