BFMTV
Police-Justice

Le tireur de Paris toujours en fuite: le point sur l'enquête

Le suspect, lundi, sur un quai de métro, filmé par la vidéosurveillance de la RATP.

Le suspect, lundi, sur un quai de métro, filmé par la vidéosurveillance de la RATP. - -

Les enquêteurs de la brigade criminelle n'ont pu récupérer qu'un ADN partiel sur les cartouches abandonnées par le tireur, mais des prélèvements effectués dans la voiture de son otage pourraient se révéler plus fructueux.

La traque continue. Mercredi, les enquêteurs poursuivent leurs investigations pour mettre la main sur le "tireur de Paris", suspecté d'avoir agressé des journalistes à BFMTV, ouvert le feu sur un jeune homme à Libération, tiré en l'air à La Défense, et pris un automobiliste en otage. Plusieurs pistes sont suivies pour tenter de le retrouver, notamment grâce aux traces ADN ou à la diffusion de sa photo.

Neuf cartouches ont pu être ramassées sur les lieux de son passage, à BFMTV, Libération, et La Défense. Dessus, les enquêteurs ont pu récupérer un ADN partiel du suspect, mais qui n'est pas exploitable en l'état pour pouvoir être comparé aux données fichées. Quant aux prélèvements effectués dans la voiture de l'homme pris en otage par le suspect, lundi, entre Nanterre et les Champs-Elysées, ils n'ont pas donné de résultats pour le moment.

Plus de 200 appels pris au sérieux

Mardi, les enquêteurs ont dévoilé une nouvelle photo de l'individu recherché, plus nette et de face. Sur cette image de vidéosurveillance de la RATP, le suspect, lunettes fines sur un visage rond, regard déterminé et bouche entrouverte, est capté debout sur un quai de métro. Elle a été envoyée à des prisons ainsi qu'à des asiles psychiatriques. Le suspect a en effet affirmé à son otage qu'il sortait de prison, mais son comportement pourrait également faire penser à celui d'un déséquilibré.

Depuis lundi, les hommes de la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne ont reçu près de 600 appels grâce à l'appel à témoins, dont plus de 200 sont pris très au sérieux et font l'objet de vérifications plus poussées. Un numéro vert, le 0800.00.27.08, et une adresse mail, pppj-appelatemoin@interieur.gouv.fr, ont été ouverts pour recueillir des informations supplémentaires.

A. G. avec Cécile Ollivier