BFMTV
Police-Justice

Un tireur traqué dans Paris, appel à témoin lancé

Le suspect pointe son arme dans le hall de l'immeuble de BFMTV, vendredi 15 novembre peu avant 7 heures du matin.

Le suspect pointe son arme dans le hall de l'immeuble de BFMTV, vendredi 15 novembre peu avant 7 heures du matin. - -

Toujours en fuite, l'individu soupçonné d'avoir tiré des coups de feu dans les locaux de Libération et de BFMTV, mais aussi à La Défense, est activement recherché à travers la capitale. Des images ont été diffusées par les enquêteurs et un appel à témoin a été lancé.

Une véritable chasse à l'homme est lancée dans Paris. Ce lundi, les policiers se sont mis à la recherche d'un individu suspecté d'être à la fois l'homme ayant pénétré armé dans l'immeuble de BFMTV, vendredi dernier, et l'auteur de coups de feu dans le hall du quotidien Libération, lundi matin. Toujours en fuite et non identifié, cet individu est également soupçonné d'avoir tiré d'autres coups de feu à La Défense, et d'avoir pris en otage un automobiliste jusqu'aux Champs-Elysées, ce lundi encore. BFMTV.com fait le point sur les événements de la journée et sur l'avancée de l'enquête.

> Que s'est-il passé ce lundi?

Aux alentours de 10h15, lundi matin, un homme armé d'un fusil à pompe fait irruption dans le hall de l'immeuble du journal Libération, rue Béranger, dans le 3e arrondissement de Paris. Il tire deux fois et blesse grièvement au thorax et à l'abdomen un assistant photographe âgé de 27 ans, dont le pronostic vital est engagé, malgré une lourde intervention chirurgicale. L'analyse des images de vidéosurveillance ainsi que les douilles de calibre 12 retrouvées sur place permettent aux enquêteurs de faire le parallèle avec l'agression d'un rédacteur en chef par un homme armé d'un fusil, tôt vendredi matin, dans le hall d'entrée de BFMTV, rue d'Oradour-sur-Glane, où les images de vidéosurveillance ont également été passées au crible.

Un peu plus tard ce lundi, entre 11h30 et 11h45, un homme tire trois fois devant la tour de la Société Générale, à La Défense, sans faire de blessé. Peu après, un automobiliste dit avoir été pris en otage près de La Défense. Un homme armé l'a "menacé et forcé à le prendre dans sa voiture", tout en lui montrant une grenade. Il lui a également dit qu'il sortait de prison. Le suspect demande à être déposé sur l'avenue Georges-V, près des Champs-Elysées. Sitôt le témoignage de l'automobiliste recueilli par les enquêteurs, un hélicoptère de la Sécurité civile survole le quartier, où d'importantes forces de police sont déployées. Parallèlement, des forces de police sont mises en place devant les sièges des grands médias.

>> CARTE INTERACTIVE - Homme armé en fuite: la traque s'intensifie

> Que sait-on du tireur?

Le suspect a été présenté par le procureur de la République de Paris, François Molins, comme un individu de type européen, âgé de 35 à 45 ans, mesurant entre 1,70 m et 1,80 m, aux cheveux poivre et sel et portant une barbe de trois jours.

Lundi, il était vêtu d'une parka kaki ou d'un pull vert, d'une doudoune foncée sans manches, de baskets vertes et blanches. Il porte des lunettes, une casquette foncée et un ou deux sacs. Vendredi, lors de son irruption dans les locaux de BFMTV, l'homme armé d'un fusil à pompe portait des gants, une casquette et une doudoune noire sans manches.

Agressé vendredi matin par ce suspect, le rédacteur en chef de BFMTV, Philippe Antoine, évoque un homme "entre 30 et 40 ans", "de type européen", "mal rasé, "calme" et "déterminé". "J'ai le souvenir surtout d'avoir échangé un regard avec lui, que j'ai interprété comme étant un regard avec beaucoup d'intensité et de détermination", a-t-il indiqué. "C'était quelqu'un de précis dans ses gestes, de pas paniqué du tout, quelqu'un de maîtrisé, on va dire." "L'homme a prononcé une phrase que je n'ai pas entendue non plus, parce que je pense que, pris par l'émotion, je n'ai pas percuté. Le vigile a entendu 'la prochaine fois je ne vous raterai pas ou je ne vous louperai pas'", a ajouté Philippe Antoine, précisant que la scène a duré 22 secondes.

Selon le procureur de la République de Paris, compte tenu des "similitudes entre ces quatre affaires dans le modus operandi", mais aussi dans le signalement, la tenue vestimentaire de l'auteur des faits et les munitions retrouvées, la piste d'un auteur unique est privilégiée par les enquêteurs.

> Où en est l'enquête ?

Le suspect assis à l'arrêt de tramway situé devant les locaux de BFMTV, dans le 15e arrondissement de Paris, vendredi 15 novembre.
Le suspect assis à l'arrêt de tramway situé devant les locaux de BFMTV, dans le 15e arrondissement de Paris, vendredi 15 novembre. © -

Ce lundi soir, ce suspect était toujours en fuite et non identifié. Des photos de l'individu, tirées de la vidéosurveillance de BFMTV et de celle de la ville de Paris, à proximité des locaux de Libération, ont été diffusées à la presse, dans le cadre d'un appel à témoins. Une photo montrant l'homme assis à l'arrêt de tramway situé face à l'immeuble de BFMTV (ligne de Tram T2, arrêt Porte d'Issy), vendredi matin, quelques minutes avant qu'il ne pénètre dans le hall, a également été diffusée (voir ci-contre).

Un numéro vert, le 0800 00 27 08, ainsi qu'une adresse mail, pppj-appelatemoins@interieur.gouv.fr, ont été mis en place pour aider les enquêteurs à arrêter ce "véritable danger", comme l'a qualifié Manuel Valls. Le ministre de l'Intérieur a reçu l'instruction de la part du président de la République François Hollande, en déplacement en Israël, "d'interpeller, d'arrêter ce tireur, pour qu'il ne puisse nuire à quiconque d'autre".

Adrienne Sigel et avec AFP