BFMTV

Tirs à Paris: le jeune homme touché plongé dans le coma

Des policiers devant les locaux de "Libération", lundi.

Des policiers devant les locaux de "Libération", lundi. - -

César, 23 ans, a dû subir une opération chirurgicale longue de plusieurs heures après avoir été touché par le tireur dans le hall de "Libération". Son état, très critique au départ, semble s'améliorer.

L'état de santé du jeune assistant photographe de 23 ans, touché lundi par une balle dans le hall de Libération au thorax et dans le dos, est jugé moins préoccupant mardi. "Il est sur la bonne voie, son état s'améliore progressivement", selon une source médicale proche de l'affaire.

César, 23 ans, originaire de Toulon, dans le Var, a dû subir six heures d'opération peu après le drame, à la Pitié-Salpêtrière. Les médecins lui ont retiré la rate et une partie du poumon, avant de le placer en coma artificiel, selon une source interne de la rédaction. Les prochaines 24 heures seront déterminantes pour le jeune homme.

"Il semblait avoir trouvé sa voie"

César a fait ses armes à l'école des Beaux-Arts de la Seyne, puis à l'Ecole supérieure d'Art de Toulon, selon Var-Matin. L'une de ses enseignantes décrit dans les colonnes du quotidien "un garçon très intéressé par le monde de la photo. Après s'être un peu cherché, comme tous les jeunes, il semblait avoir trouvé sa voie". Elle salue également "la sensibilité de son regard, une qualité professionnelle indéniable."

Vendredi, César venait pour la première fois travailler dans les locaux de Libération, pour un shooting de mode. Sur France Inter, le directeur de la rédaction, Nicolas Demorand, a confié qu'il allait "un petit mieux qu'hier", mais a voulu rester "extrêmement prudent parce qu'il a été très sérieusement blessé, très sérieusement touché". L'agresseur présumé, lui, est toujours introuvable.

A. G.