BFMTV

Collision de Millas: "Un audit interne de la SNCF révèle que le système fonctionnait parfaitement"

INFO BFMTV - L'avocate de trois familles de victimes éclaire l'accident avec de nouveaux éléments et en propose une possible explication.

Jehanne Collard, avocate d'une partie des familles des victimes de la mortelle collision survenue entre un car scolaire et un TER le 14 décembre, révèle à BFMTV de nouveaux éléments éclairant les circonstances de l'accident. A noter que ces faits ne sont, pour l'heure, pas confirmés par le parquet.

Ainsi, il ressort des déclarations de Me Collard que, selon un "audit interne de la SNCF, le système fonctionnait parfaitement". Tant le feu tricolore que l'avertisseur sonore et la barrière étaient pleinement opérationnels, et donc sans défaillance selon ce rapport interne.

Deuxième élément, le train circulait à l'endroit du sinistre avec 9 minutes de retard. "La barrière s'est fermée à une heure inhabituelle, pouvant expliquer l'accident", avance Jehanne Collard. De surcroît, "les traces de la barrière apparaissent sur le car", assure-t-elle.

Version contradictoire de la conductrice du bus

Enfin, toujours selon Me Collard, "les deux témoins sont formels, les barrières étaient fermées". De son côté, la conductrice du car scolaire a toujours affirmé que les barrières étaient levées au moment où elle a traversé la voie. De même, elle soutient que le feu signalétique et la sonnerie ne fonctionnaient pas.

La conductrice du car scolaire a été mise en examen le 20 décembre pour "homicides et blessures involontaires par imprudence" et placée sous contrôle judiciaire, avec notamment l'interdiction de conduire. Trois familles de victimes se sont pour le moment constituées parties civiles. 

David Namias avec J. Dupriez