BFMTV
Dossier

Attentat en Isère

Un homme est mort, décapité, et deux personnes ont été légèrement blessées dans un attentat commis contre une usine de Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, par un assaillant brandissant un drapeau islamiste. Yassine Salhi, un homme de 35 ans, a été interpellé.

Sept mois après l'assassinat d'Hervé Cornara, le chef d'entreprise décapité à Saint-Quentin-Fallavier, sa famille a le sentiment d'être oubliée. Elle regrette qu'il n'ait pas été décoré de la Légion d'honneur comme les victimes des attentats de Paris.

Édition spéciale "Attentat en Isère" (4/5): Faut-il aller plus loin dans la protection des sites Seveso ? - 26/06

Édition spéciale "Attentat en Isère" (4/5): Faut-il aller plus loin dans la protection des sites Seveso ? - 26/06

Ce vendredi 26 juin 2015, Sébastien Pietrasanta, député PS des Hauts-de-Seine et spécialiste des questions du terrorisme, Roger Marion, ancien chef de la Division nationale antiterroriste, Dominique Rizet, consultant police-justice à BFMTV et Antoine Basbous, directeur de l'Observatoire des pays arabes, ont réagi à l'attentat en Isère, dans une édition spéciale, présentée par Olivier Truchot, sur BFMTV.

L'action de Salhi "correspond très exactement aux mots d'ordre de Daesh", selon le procureur

L'action de Salhi "correspond très exactement aux mots d'ordre de Daesh", selon le procureur

L'attentat commis par Yassin Salhi vendredi dernier en Isère "correspond très exactement aux mots d'ordre de Daesh", notamment dans la mise en scène de décapitation et l'envoi de photos pour une éventuelle revendication, a estimé ce mardi le procureur de la République de Paris. "La tête (ndlr : d’Hervé Cornara) était entourée de deux drapeaux portant la profession de foi islamique", a ajouté François Molins.

Attentat en Isère: un retour au travail douloureux pour les salariés d’Air Products et d’ATC

Attentat en Isère: un retour au travail douloureux pour les salariés d’Air Products et d’ATC

Les employés de l’usine Air Products à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, ont repris le travail ce lundi, après l’attentat perpétré par Yassin Salhi. Le souvenir de l’explosion est présent dans toutes les têtes. La direction de l’usine a tenu une conférence de presse pour rendre hommage aux proches de la victime. À quelques kilomètres de là, une aide psychologique a été proposée aux salariés d’ATC, la société dans laquelle travaillait Hervé Cornara, qui employait aussi l’auteur de l’attentat. Pour le moment, le personnel de cette entreprise n’a pas souhaité s’exprimer et demande du temps pour se remettre de cette épreuve.

Air Products en Isère: "On est toujours sous le choc", confie le directeur du site

Air Products en Isère: "On est toujours sous le choc", confie le directeur du site

La direction de l’entreprise Air Products, victime de l’attentat vendredi en Isère, a tenu ce lundi une conférence de presse. "On est toujours sous le choc et un peu ému par ce que l’on a vécu", a confié Jean-Marc Vinit, le directeur du site de Saint-Quentin-Fallavier. "On est tous sains et saufs mais on a une pensée pour notre collègue Hervé, qui a perdu la vie lors de cette tragédie," a-t-il ajouté, remerciant à la fois son personnel "pour sa réaction" et "sa coopération" ainsi que "les sapeurs-pompiers, les forces de police judiciaire, les enquêteurs et les plus hautes autorités de l’Etat".

Attentat en Isère: aveux, embrouilles, transfert de Yassin Salhi, le point sur l’enquête

Attentat en Isère: aveux, embrouilles, transfert de Yassin Salhi, le point sur l’enquête

Les enquêteurs poursuivent ce lundi l'interrogatoire de Yassin Salhi, qui a avoué avoir tué l'homme dont la tête décapitée a été utilisée pour signer l'attentat en Isère, après la découverte d'une connexion syrienne dans ce dossier. Mais les motivations du tueur présumé sont floues. Yassin Salhi avance des raisons personnelles et indique qu’il voulait frapper les esprits. Il a été transféré au siège de la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire (SDAT) à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine. Des questions restent à éclaircir.

Julien Dray dans BFM Politique: "L'islamisme radical veut porter un message de peur derrière ces attentats"

Julien Dray dans BFM Politique: "L'islamisme radical veut porter un message de peur derrière ces attentats"

BFM Politique du 28 juin 2015: Julien Dray, secrétaire national du Parti socialiste, répond aux questions d'Apolline de Malherbe sur l'éfficacité de la lutte contre le terrorisme en France après l'attentat en Isère. Le socialiste a également réagi à la polémique née après cette attaque terroriste en Isère, sur l'incapacité des services français à empêcher ce type d'attentat.

Attentat en Isère: les derniers éléments de l’enquête

Attentat en Isère: les derniers éléments de l’enquête

Un cadre d'entreprise décapité, des drapeaux islamistes et une explosion… La France a été à nouveau frappée par le terrorisme, moins de six mois après les attentats de Paris, en janvier 2015. L’attaque a été perpétrée dans un site de gaz industriels en Isère. L’auteur présumé et trois de ses proches ont été arrêtés. Vendredi soir, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a jugé que la France faisait face à un risque terroriste "extrêmement élevé".

Attentat en Isère: "On est passé au terrorisme de proximité"

Attentat en Isère: "On est passé au terrorisme de proximité"

Le criminologue Alain Bauer a indiqué sur BFMTV que l’Occident doit faire face à un nouveau terrorisme, plus difficile à appréhender. "On est passé de l’hyper-terrorisme d’Al-Qaïda de 2001 au terrorisme du pauvre, de proximité. C’est la guêpe qui attaque le lion. Elle est toute petite, le lion est énorme. Mais la guêpe peut rendre le lion fou." La France a été frappée ce vendredi par un nouvel attentat meurtrier sur son territoire. Le suspect aurait décapité son employeur avant de tenter de commettre un attentat suicide sur un site de gaz industriels en Isère.

Attentat en Isère: "On est en retard sur l’avancée de la menace terroriste", selon Eric Ciotti

Attentat en Isère: "On est en retard sur l’avancée de la menace terroriste", selon Eric Ciotti

Le député Les Républicains des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, a réagi sur BFMTV à l’attentat meurtrier perpétré en Isère ce vendredi, vraisemblablement par un terroriste en lien avec la mouvance salafiste. "Je considère qu’on est en retard sur l’avancée de cette menace terroriste. Un chiffre le caractérise: en 2014, il y avait 600 Français engagés dans des filières jihadistes. Il y en a à la fin du mois de juin 1.800", a regretté Eric Ciotti.