BFMTV

Université: le plan du gouvernement entre "sélection" et "libre accès" pour en finir avec APB  

Ce lundi sera présenté le nouveau système d'entrée à l'université. Celui-ci devrait prendre la forme d'un curieux mélange entre "sélection" et "libre accès à la filière de son choix", selon Le Parisien. Explications.

Tenter de contenter tout le monde. Alors que le débat sur la sélection à l’université fait rage, le gouvernement doit présenter ce lundi les nouvelles modalités d'accès à l'enseignement supérieur qui s’appliqueront pour la rentrée 2018, et qui concerneront donc dès maintenant les 700.000 élèves actuellement en terminale.

Dans son édition de dimanche, Le Parisien dévoile les cinq points clés de ce nouveau dispositif qui semble donner des gages aux syndicats étudiants attachés au libre accès à l’université comme aux facultés qui, souvent en manque de moyens pour satisfaire pleinement la demande, plaident pour une sélection plus stricte.

Ainsi, pour en finir avec le tirage au sort dans les filières les plus saturées sans pour autant enterrer l'accès libre à l'université -ce qui assurerait des manifestations d’ampleur dans les prochains mois-, le gouvernement a élaboré une habile réforme en optant pour une sorte de sélection partielle.

Des conseils de classe décisifs?

Ladite réforme ne devrait plus permettre aux élèves de classer leurs vœux d’orientation par ordre de préférence. Aussi, le nombre de choix possibles passera-t-il de 24 à "une douzaine", selon un proche du dossier cité par Le Parisien. Chacune des candidatures envoyées par le futur étudiant sera en outre analysée et obtiendra une réponse, favorable ou non, de la part des facultés concernées.

L’un des bouleversements majeurs de ce nouveau système impliquera aussi les professeurs. Ces derniers pourront se prononcer lors du conseil de classe du deuxième trimestre de terminale sur le choix d’orientation des élèves. Les universités auront quant à elles connaissance de ces indications.

Une sélection partielle

Autre changement, et non des moindres, évoqué par Le Parisien: la fin de la très décriée plateforme d’Admission post-bac (APB) sous sa forme actuelle. Désormais, ce sont les facultés elles-mêmes qui se chargeront, après étude des dossiers, de choisir à quels candidats elles accordent la priorité. Un dispositif radicalement opposé à celui actuellement en place (l'algorithme d'APB trie lui-même les voeux) et qui se rapproche clairement de la sélection. À noter par ailleurs que le terme "prérequis" n'est plus employé dans le projet de réforme.

Si le gouvernement ouvre la porte à la sélection avec cette dernière mesure, il offre une compensation aux étudiants en répondant à leur principale revendication non négociable. En effet, les élèves auront toujours le dernier mot. Autrement dit, en cas d’avis défavorable délivré par une faculté, l’élève pourra appuyer sa demande, auquel cas il sera certain d'accéder à la filière choisie. Le Parisien précise toutefois que les filières les plus saturées pourront "de manière transitoire, le temps que s’ajustent l’offre et la demande, refuser des élèves". En contrepartie, un cursus semblable devra leur être proposé.

Par ailleurs, un élève qui se verrait refuser l’accès à une filière mais qui maintiendrait son choix risquera d’être soumis à "un stage, un cours en ligne, des modules supplémentaires", voire une année complète de remise à niveau, indique Le Parisien.

Couper la poire en deux

En permettant à chaque étudiant de choisir la filière qu'il souhaite sous certaines conditions, le gouvernement espère désengorger les facultés les plus sollicitées tout en garantissant la liberté de choix et d'accès à l'université aux candidats. En clair, un arbitrage a été opéré pour satisfaire les deux camps, ou du moins pour tenter d'apaiser la colère d'un côté comme de l'autre. Quand bien même certains continueront de voir en ce nouveau système une forme de sélection dissimulée.

Et cette sélection dissimulée, ou demi-sélection selon les points de vue, s'opérera également à travers un travail sur l'orientation. En effet, comme le précise France info, un plan sur l'orientation devrait être mis en oeuvre pour éviter que des élèves ne s'engouffrent dans des filières qui ne leur correspondent pas.

P.L